Elles,

 

 Elles, sont femmes. Elles, s’habillent à la mode comme nous. Elles, portent des djellabas, robes moulées sur un jean, un collant (moulant cela va de soi) ou des jupes longues (ou pas).  Elles, ont de jolis chemisiers, ceinturés à la taille, pour bien la marquer. Tout comme nous. Elles, sont coquettes. Nous aussi. À leurs pieds des souliers à talons hauts. Mignon comme tout ! Elles, embellissent le tout avec  des bijoux. Nos amours à toutes. Pourquoi s’en priveraient-elles ?

Qui sont-elles ? Les femmes voilées. Mis à part ce petit détail, rien d’autre ne change dans leur vie quotidienne. Un accessoire de plus (ou de trop) sur la tête. Un point c’est tout. Un foulard, c’est tout? Où est le hic ? Pourtant avec ce simple bout de tissu, l’hypocrisie sociale en a pour ses frais. Elle s’est approprié le foulard gardien de la pudeur féminine. Le foulard symbole de piété. Rappel de chasteté. Et que ceux qui se fient aux apparences, s’y cachent ou s’y piquent!

Elles, se maquillent. Les petits yeux, les cernes et la peau blême, c’est pas joli-joli. Un petit trait de khôl  c’est halal. La coquetterie ne fait-elle pas partie de la féminité ? Elles, se parfument. Nous aussi. Leur parfum sent tout aussi bon… mais il est juste “sans alcool” autrement dit : halal, comme leur vernis et  leur dissolvant à l’alcool, du reste. Ah! Dans le commerce du “halal”, tout y passe!

Elles, portent le voile. Contrainte? Interprétation rigoureuse du texte religieux?  Critère politico-social? Différence ethnique? Crise existentielle? Héritage judéo-chrétien? Moyen d’émancipation féminine? Tendance d’aujourd’hui? Les grandes marques se mettent aussi  à la mode de l’habit “islamique”! Tout est à vendre même la petite vertu, pour celles qui  croient encore que  foulard rime avec moralité. Alors, par la force des choses, la nature revient au galop. Le foulard finit par se substituer à la chevelure! Elles, l’ornent de mille artifices.  Sous le foulard, des chouchous  font paraître la chevelure abondante.  Il est une façon de nouer le foulard qui ne trompe pas. Elles, y ajoutent une broche sur le côté ou des barrettes colorées. Elles, s’amusent à l’apprêter aux couleurs de leur robes. Si élégant!

Moi j’ai pas le temps.

Elles, vont à la plage. Nous aussi. Relaxant. Agréable. Elles, portent un maillot de bain islamique, le Burkini, une combinaison intégrale qui enveloppe leur corps. Elles, ressemblent à des  Télétobbies des temps modernes. C’est original. Le maillot “halal” les moule à souhait: Leur cellulite reste en place. Figée. Elles, n’en sont que plus sexy et vive la plage et les jeux de ballons avec les garçons!

Elles, font de la politique,  votent (ou pas). Elles, travaillent, sont femmes au foyer, chômeuses ou prostituées (c’est le plus vieux métier au monde, le foulard ne l’a pas banni…) Elles, sont jeunes  (ou moins jeunes), célibataires, mariées, divorcées, filles-mères ou veuves. Elles, dansent, chantent, fument, (ou pas). Elles, aiment papoter avec les copines. Tout comme nous! Elles, voyagent seules ou accompagnées de leur petit ami, mari ou amant… (si, si!) Elles, suivent les émissions télé-réalités, épisodes d’amour sans fin. Elles, vont au cinéma et tant pis pour les scènes osées, désirs, préludes, libertinage, hommes dénudés, fantasmes… Chut ! Pudiques, elles, fermeront les yeux au besoin. Bref, elles, mènent leur vie. Comme nous.

Ah! Elles, se font draguer. Elles, draguent aussi. Si, si ! Tout comme nous. Mais ce qu’elles, font, elles, le font…en foulard. L’honneur est sauf avec l’incontournable foulard. Le fameux foulard. Tel  un bouclier, il semble les protéger et leur donner l’absolution éternelle.  Peut-être leur attribue-t-il un  je-ne-sais quelle «aura» angélique?

Elles, jouent à cache-cache avec elles-mêmes. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

En ce siècle trouble et troublant, elles, ont même la préférence sur nous autres ! Elles, assurent la continuité de la morale. Elles, rassurent les hommes. Elles, confortent la conscience collective. La nôtre aussi. Puis, surtout avec le voile, on les croit moins volages. Nous, on passe inaperçues avec nos cheveux au vent, nos robes étroites et nos idées larges. Souvent même, on effraie avec notre air déluré, notre démarche assurée ou nonchalante. On fait peur avec nos libertés durement acquises et notre franc-parler. Elles, réservent le tout en cadeau de noce. Les hommes aiment les surprises… soigneusement enveloppées dans un papier cadeau ou un foulard en soie.

Ces femmes donc, s’affichent avec un fichu sur la tête. Nous on s’en fiche ! Nous avons notre conscience dans la tête. L’impudeur, n’est-elle pas dans les yeux de l’impur?

Ah ! Elles, prient. Nous aussi. Peut-être un peu plus ou un peu moins ? Qu’importe ! La religion n’est-elle pas une expérience spirituelle personnelle?  Notre pratique religieuse concernent dieu et nous. Le principal n’est-il pas d’être sincères envers nous-mêmes ? Car il s’agit avant tout de porter l’habit du cœur. Un vêtement pas si facile à trouver en ce monde  ravagé par les faux-semblants avec une société  couverte d’un voile de plus en plus épais. Un foulard, une barbe, un Quâmis, une tunique, un chapelet, un comportement, n’ont jamais habillé la foi, pure et universelle.

De la profondeur dans nos pensées et dans nos actes. De la noblesse d’âme. Voilà ce qui nous fait affreusement défaut.

1995. Chronique.

Salwa Tazi About Salwa Tazi

Comments

  1. Sabouha says:

    Je pense que vous avez tendance à généraliser.
    Et attention aux préjugés .
    On est toutes semblables, avec foulards ou sans: des femmes.
    Avec nos faiblesses et nos forces, qualités et défauts …..et à Dieu seul de nous juger.

    Nous vivons dans un pays de liberté et chacune de nous est libre dans sa façon de penser, de faire, et ne nous mettons pas à juger les autres.
    Respectons la décision de l’autre sans moquerie et dérision.

    والله وحده اعلم ما في القلوب

    Pourtant, ce qui m’a choqué le plus dans votre analyse: c’est une prétention assez insolente. Encore des préjugés.: taxer les voilées d’étroitesse d’esprit !!!!!!

    Respectons-nous .

    • Bonjour Sabouha, Tout d’abord la chronique se veut légère. Puis je répète “certaines” À DIEU SEUL DE NOUS JUGER” je l’ai écrit, mais à nous aussi de donner notre point de vue comme vous dites le votre.Enfin, taxer les “femmes voilées ” d’étroitesse d’esprit, c’est mon point de vue et je le revendique; À vous de démontrer le contraire , je vous l’accorde. Je le dis sans prétention. je le dis parceque je le pense.Je trouve que c’est en contradiction avec le mode de vie actuel ( au bureau, facebook, à la plage, …) Je parlerai plutôt de contradiction. Enfin ,c’est juste un point de vue.

      Respectons-nous.

  2. Sabouha says:

    Bonjour Salwa,

    Je n’ai pas dit que vous n’avez pas le droit d’exprimer votre point de vue. Loin de lā. Votre blog en est la preuve .
    Cependant, moi je pense que votre tord , c’est que vous connaissez mal les femmes qui ont décidé de mettre un foulard ( je parle des femmes qui ont fait ce choix sans aucune contrainte , ni pression ) , que vous n’avez peut être jamais pris la peine de les côtoyer et de vous rapprocher d’elles ( la hantise d’être stigmatisée en tant que sympathisante de sœurs musulmanes . Non ? )
    Il faut vous rappeler malgré tout que si vous êtes musulmane, pratiquante : vous êtes sœur à d’autres sœurs musulmanes que vous ayez un fichu comme vous dites ou non. Vous faites partie de cette communauté que l’islam unit.
    Permettez -moi de vous dire que vous n’êtes pas dans l’acceptation de l’autre malgré vos prétentions de largesse d’esprit.
    Vous avez décidé votre vie , laissons les autres en décider la leur dans un mutuel respect.

    Je serai d’accord avec vous si vous vous battez pour toutes celles qu’on force à se couvrir de la tete au pied .
    Je mets un foulard ( et je pense que vous êtes loin de comprendre pourquoi ) , et je me bats comme je le peux pour que toute femme , jeune fille musulmanes aient la liberté du choix et de la décision ( mes filles ne portent pas de fichu foulard et elles n’ont jamais eu de pression de ma part ) .
    Battez-vous plutôt au lieu de critiquer ,pour ces petites filles qu’on force à se voiler , sans heurter les sentiments et les idées de milliers de femmes qui n’ont pour but que de se rapprocher de Dieu et de gagner son amour: Car c’est par Amour de Dieu qu’on met ce fichu foulard . Et ceci ne nous empêche pas de partager les joies de nos enfants, de nos familles, de nos amis. On se maquille , on danse , on rigole et c’est ça la beauté de l’islam: le partage, le sourire , l’amour et l’acceptation …………

    Je vous souhaite une bonne journée et une bonne méditation.

    • “Elles, portent le voile. Contrainte? Interprétation rigoureuse du texte religieux? Critère politico-social? Différence ethnique? Crise existentielle? Héritage judéo-chrétien? Moyen d’émancipation féminine? Tendance d’aujourd’hui?”
      Bonjour Sabouha, j’ai écrit cela. Vous faites certainement partie de l’une ou l’autre de ces catégories…pu peut-être une autre, ma liste n’est pas exhaustive. J’ai simplement décrit que oui: “Elles, sont coquettes. Nous aussi. Elles, dansent, chantent, fument, (ou pas). Elles, aiment papoter avec les copines. Tout comme nous!” Ce que je trouve “contradictoire” en un sens, c’est le fait de n’être pas “gêné” de voir des hommes à moitié nus (à la plage ou ailleurs) et de trouver cela normal. De porter des pontalons moulants et de trouver cela “normal” Le foulard est une étape de plus dans une interprétation plus rigoureuse de l’islam , qui devrait modifier tout un comportement social. ALors “se prétendre moderne” avec est selon moi en contradiction. Le foulard perd son sens. On peut “porter un foulard invisible de part notre comportement. Mettre aujourd’hui un foulard sur la tête au nom de l’Islam est ? Cela dit, j’ai autour de moi beaucoup de personnes (amies, familles) qui portent le voile. Rassurez-vous. Quant à celles qui sont obligées, de le faire, oui, je compatis, mais elles n’ont pas le choix et en ces temps-ci c’est à vous de les aider. Vous êtes bien placées pour ce faire: leur parents, frères, père, mari, mère, prennent exemple sur vous pas sur moi. C’est à vous de montrer l’exemple. En fait, je n’aime pas les choses qui nous divisent. Nous sommes tous pareils. Je suis musulmane comme je l’ai écrit comme vous, Pas pus ni moins croyante. Pas plus ni moins pieuse. Bonne journée chère Sabouha!

Speak Your Mind

*