Femmes, complices ou rivales?

Terrible. Incompréhensible.  Notre ministre d’État, chargé des droits de l’Homme,  EL Mustapha Ramid, qui “assume sa bigamie”)  et  nos hommes de lois,  enferment  les femmes dans une prison d’interdits.  Ils  les étouffent sous une tonne de  tabous, de préjugés et de chiffons.  Ils  les soumettent à des   lois et  des dogmes  qu’ils rendent  immuables et  de droit divin. Et pour cause! Grâce à tous ces “garde-fous”  les hommes ne tomberont pas de leur piédestal. Le pire, c’est qu’ils usent et abusent de leur pouvoir pour rabaisser les femmes et  ils assument en toute impunité et sans culpabilité aucune leur hypocrisie et leur supériorité déloyale envers les femmes.

Les hommes de lois  surveillent les femmes à la loupe. Ils veillent sur la poule aux œufs d’or, afin qu’elle ne se réveille pas de sa léthargie, qu’elle continue à négliger  ses droits  et qu’elle n’exige pas sa part du gâteau. Ils  craignent que les femmes ne retrouvent leur liberté et qu’elles refusent d’obéir aux lois ridicules, désuètes ou misogynes.

Inconcevable dans un pays occidental. Là-bas, la femme est simplement une citoyenne qui passe. Une femme protégée par la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen. Circulez messieurs, il n’y a rien à voir !

Ici, dans ce beau pays qui est le nôtre, comme dans tous les pays arabo-musulmans, la femme subit des droits  mitigés sous prétexte qu’ils bafouent “notre constitution, notre civilisation, nos valeurs et nos principes religieux.”  (Dixit El Mustapha Ramid, ministre d’État chargé du droit des hommes …“mais pas tous”  ajoute-t-il… sans états d’âme!

D’un côté la femme est mise en avant, d’un autre elle mise sous tutelle. La femme  possède des droits, certes,  mais pas ceux qui portent préjudice aux hommes, ni ceux qui  privent les hommes de  leurs privilèges exclusifs. Chasse gardée, pas touche!

Or Les femmes ne sont pas des jouets qu’on habille ou déshabille à notre guise.  Elles ne sont pas inférieures aux hommes. Elles  raisonnent comme les hommes sinon davantage. Les cacher c’est se voiler la face.  L’inégalité entre hommes et femmes est un  non-sens, une injustice flagrante  et une absurdité totale.  Femmes, rivales ou complices, aux hommes de choisir la voie de la sagesse. En attendant les femmes avancent lentement mais sûrement.

Alors, foutez-nous la paix !


 

Salwa Tazi About Salwa Tazi

Speak Your Mind

*