Foulard ô foulard !

 

Je voudrais porter un  foulard pour cacher mes cheveux  lourdement enduits d’huile de cade et d’ail pressé . J’ai les cheveux gras, c’est pas joli-joli. Les dissimuler sous un voile serait plus intéressant. Ne cache-t-on pas ce que l’on met à l’abri du regard des autres ou ce dont on a honte ?  En plus, le foulard est  devenu un signe de “soumission” et de “respectabilité”. Il ” honore”   dit-on, la femme qui le porte.  Il lui donne un je ne sais quel petit air de… sainteté?

Le voile dévoilerait-il  la pudeur ? La pudeur serait-elle cachée dans un bout de tissu?

Je suis sûre que cela plairait à mes détracteurs. Ils verraient en moi, une femme digne, rangée. Enfin assagie. Ils s’imagineraient que j’ai rejoint  le rang des femmes voilées et fières de l’être et non plus celui des femmes non voilées et fières de l’être. Cela dit, je ne triche pas.  Je suis soumise à Dieu et je l’adore.  Je n’ai pas besoin d’un fichu sur la tête pour le prouver (à Dieu ou aux hommes.)  Mon identité spirituelle  n’a pas besoin d’être  rattachée à un voile pour être reconnue au sein de ma communauté!

Je voudrais porter un foulard. Un simple foulard. C’est tout. Sans plus. Incognito.

Je voudrais couvrir mes cheveux.  Rien de religieux. Question de bon sens. Mes cheveux  vont dans tous les sens. Ils  sont indisciplinés (comme moi) je n’arrive plus à les dompter. Rien de sexy. Au contraire. Le voile les mettrait en valeur. On ne les verrait plus (c’est tant mieux !) mais on fantasmerait dessus (c’est tant mieux !)

Seul bémol, le foulard n’est plus un accessoire anodin, banal, inoffensif, innocent, neutre, quelconque,… Le foulard a pris des galons. Il est devenu  Général. Il se généralise. A way of life. Il juge la foi, il fait  loi.  Il est devenu un patrimoine religieux et  politique qui exerce une grande influence dans l’imaginaire collectif.

Le foulard est  devenu un sujet de réflexion, une arme, un bouclier, un symbole.  Se voiler c’est se sacrifier à l’autel des controverses en tous genres !  Protecteur pour les uns, destructeur pour d’autres. Porteur d’espoir pour les uns, de désespoir pour d’autres. Instrument d’union pour les uns, de discorde pour d’autres. Le foulard  est devenu   important. Il a pris de l’assurance. Sacro-saint foulard ! Il  représente une certaine forme de vertu. Il s’est anobli, il s’est sanctifié. Il s’est sacralisé. Je dirais même qu’il s’est islamisé.

Le foulard, c’est «rass el khayt» la tête du fil qui  fait ressusciter toute l’Histoire! L’exégèse, les traditions millénaires, les croyances, les peurs, les convictions religieuses, doutes, symboles identitaires, espace sacré, culpabilité enfouie, interrogations,  interprétations, luttes de pouvoir, propagande, domination des peuples,   patriarcat, autoritarisme, intégrismes,… C’est lourd à porter un  foulard ! A lui seul il ouvre la boîte de Pandore!

Comment un simple bout de tissu a réussi au fil du temps à nous diviser et à nous emprisonner  (empoisonner) dans ses filets ? Ah ! Qu’il était naïf le foulard de nos mères et grands-mères ! Ah ! Qu’il était chic (sans choc) le voile des actrices d’antan !

Zut ! Je ne peux plus le porter sans arrières-pensées.

Salwa Tazi About Salwa Tazi

Comments

  1. el yacoubi kamal says:

    Le voile intégral ou partiel , la Burka , le Nékab , le Burkini …et tous les accessoires en voie de création , car il s’agit d’un marché très prometteur , n’ont absolument rien à voir avec le message , transmet aux croyants , par le Messager , Mohamed . Les cheveux que les femmes pensent cacher par tous ces accessoires vestimentaires , ne sont jamais mentionnés dans les 114 Sourates du Cran .

  2. Robay Fatima says:

    Nous avons grandis dans un islam tolérant chère Salwa, nos parents nous ont inculquer les bonnes valeurs, l’ouverture envers l’autre, le bien être envers sois même et envers les autres,nous avons vue nos mamans portantes la djellaba et lthame en soie brodé, elles l’ont ôté avec le temps et avec le consentement de leurs maris(nos pères) bons musulmans qu’ils étaient; nous n’avons jamais vu ni appris à l’école ,ni dans les mosquées que le port du foulard ou le voile étaient obligatoires dans l’islam, nos professeurs d’éducation islamique nous ont appris fermement que nous sommes égaux devant Dieu, et que seuls nos comportements correctes et honnêtes peuvent nous épargner tout châtiment du bon dieu, et ils se basaient ces professeurs sur le coran et le hadiths. Pourquoi maintenant ces ratés de la société , du savoir, de développement et de modernisme viennent nous obscuriser la vie ????!!!! Je me demande est ce que selon ces épouvantails il n’existe plus d’islam de ce genre celui que nous avons connu nous sous l’égide de nos parents et de nos rois, et que selon leur vision noircie et terroriste chaque époque à son islam coupé selon leur mesure démesurée.

    • Chère amie, oui, nous avons grandi dans un Islam tolérant. Mes parents nous répétaient souvent “addin Yosr, machi 3ousr” La religion est facile, agréable, pas difficile… et là nous nous accrochons au superficiel et nous oublions l’essentiel: l’amour, la foi, la tolérance, la bonne entente, la paix. merci pour ton message.

  3. Tout d’abord, je ne comprends pas votre démarche militante contre un foulard, je me questionne sur le but de votre démarche politique , votre critique sur leurs motivations et leurs façon de le porter n’ai que une façon d’avouer votre malaise car bous vous sentez de plus en plus exclu. Ne vous inquiétez pas elle contrairement a vous elles vous laissent tranquille.
    Vive la liberté !!!!

    • Tout d’abord, je n’ai pas de “démarche militante contre un foulard”. J’aborde -et je vous invite à parcourir mon Blog- tous les sujets. Je réalise que Monsieur le foulard est devenu sacré.Qu’il remplace la foi et la piété (aux yeux des gens) par son port. Qu’il donne ce “petit air de sainteté” et qu’il rappelle mille ans d’histoire, de croyance et de soumission… Simple constat: le foulard n’est plus “innocent.” Pas de militantisme. Pas de politique. Pas de malaise. Pas d’exclusion. Je suis chroniqueure et j’aborde différents sujets de mon point de vue. C’est tout.

    • Tout d’abord, ce n’est pas “une démarche militante contre un foulard”. Je me questionnais tout naturellement, pourquoi une spécialiste qui “clame “haut et fort” que le foulard n’est pas obligatoire, qu’il ne fait ni la musulmane, ni le moine, ni la croyante, le porte; Simple question de bon sens de la part d’une auditrice et lectrice de ses livres. Vous serez déçu, il n’y a pas de but “politique “non plus. Les actes doivent êtres en conformité avec les paroles. Ce qui n’est pas le cas dans beaucoup de discours islamistes qui se veulent “modernistes, progressistes… et qui en appellent à la liberté quand c’est l’enfermement et la prison qui est au bout du chemin. Vive la liberté!!!

  4. turkia chatar says:

    D abird aid moubarak pour ts klaxonles musulmans .
    Très chère salsa.
    Je partage et confirme votre opinion. Sur le sacré foulard qui a pris en long et en large toute la attention des soi-disant croyants.
    Ce n est pas en le portant qu’ on est bp plus musulman l un de l autre. Primé l éducation , le respect et le savoir vivre parmis les autres. On vit dans un monde libre chacun fait ce que bon lui semble sans obscuriser ni mal interprété le coran.
    Merci salwa, et souhaite que la génération à venir verra plus clair et ne se verra pas minfluenceeal. (Momed 5 etait le premier a devoiler ses filles) et notre roi actuel n a pas d explication a donner a partir de son bon exemple , . son épouse salma. Qu’ en dites vous . Si coyants que vous etes je vous invite a le lui reprocher.
    PERSONNE N OSE LE FAIRE JAJAJA

  5. l ignorance est la pire des guerres.j aime votre approche de la sacraĺisation du foulard qui s impose de plus en plus chez nous. pour moi c est un symbole de decadence, signe de l ignorance montante dans laquelle baigne la majorite

Speak Your Mind

*