hijab et liberté

Ce qui me dérange ce n’est pas tant que des femmes portent un foulard de marche, de course, ou de soirée. Grand bien leur fasse si elles estiment que c’est leur choix. Et c’est d’ailleurs leur choix et leur droit que de disposer de leur corps.
En fait, ce qui me dérange avec les femmes voilées, c’est cette omniprésence de leur statut visible «de vraies musulmanes.»
De bonnes musulmanes qui font tout comme toutes les autres femmes: politique, sport, danse, natation, championnat, mode, sexe, voyage, travail, loisirs, drague, maquillage… Mais nuance! Ce qu’elles font, elles le font les cheveux cachés. Voilà la seule différence. Elles s’affichent avec un fichu, nous on s’en fichent. Big deal!
Et on se tire les cheveux à trop défendre leur liberté quand elles emprisonnent leurs cheveux.
Et on se crêpe le chignon à trop vouloir comprendre en quoi couvrir des cheveux est chaste, spirituel ou pudique.
Et on oublie que «la terre aime toucher nos pieds nus et que les vents rêvent de jouer avec nos cheveux.» ( Khalil Jibran.)

About Salwa Tazi

Speak Your Mind

*