C’était un saint ce chien

L’ami de la famille nous a quitté en emportant avec lui sa valise de facéties amusantes. Il est parti sans oublier de nous saluer par un élan de tendresse infini. Notre trésor a disparu et nous ne retrouvons plus les riches qualités dont il était pourvu, que dans les dictionnaires. Froidement inscrites sur du papier au lieu de se répandre dans le sang de nos semblables ! Son petit cœur s’est tristement envolé, le nôtre aussi d’ailleurs. Nous aurions espéré pour ce compagnon d’infortune des festivités grandioses, afin de l’ériger en symbole de fidélité, et d’amour. Nous savons grâce à lui, que l’amitié est une aide précieuse dans la vie et que la compagnie d’êtres comme lui, réchauffe les cœurs les plus solitaires. Nous porterons désormais en silence le souvenir de ce saint qui nous a appris ce que le mot humain signifie réellement. Un drôle de confident, qui s’exprime à travers ses jeux, et ses yeux ! A qui ressemble l’amour ? A tous ceux qui le dégagent par leurs actions, à travers leur regard ou par leur loyauté. Notre noble ami est mort, ce matin. Et maintenant, nous avons si froid ! Ah ! Est-il vraiment nécessaire de spécifier qu’il s’agit d’un chien ? Un amour de chiot de quatre kilos. Ilou. Une tranche d’amour de quatre petits kilos, c’est beaucoup, non ?

1995

Salwa Tazi About Salwa Tazi

Speak Your Mind

*