Journal d’une mère en deuil

Journal

Quatrième

Disponible en librairie

Cliquez ici pour commandez votre livre

Page facebook

Comments

  1. Bonjour Salwa,
    Je suis une amie de Michèlle (ailes) qui m’a fait parlé de votre rencontre et du livre
    Dans un premier temps le thème du livre ne m’interessait pas vraiment (cela remue toujours les souvenirs douloureux de chacun).
    Après échange du contenu du livre et lecture d’un extrait de certains passages Milchèlle m’a donné envie de le découvrir.
    ET JE NE LE REGRETTE PAS CAR QUEL VOYAGE!!
    Merci pour l’écriture de ce livre et félicitations pour la recherche et l’investissement corps et Ame car c’est un sujet tellement difficile dans notre société
    Bravo les mots justes que vous utilisez
    Et merci encore
    Agnès

    • Bonjour! Ton message m’a fait chaud au cœur! J’aime les sœurs d’âmes et de parcours. Mich’ailes en est une.
      Merci Agnès d’avoir pris le temps pour lire un livre difficile à lire et qui remet en question nos vie, notre cheminement. Je suis heureuse que tu l’aies apprécie et que tu ne regrette pas sa lecture. Cela me touche, vraiment.
      Restons en contact e je t’invite à visiter mon Blog. En attendant, sincères salutations!
      P.S. au moins tu auras appris des choses sur la religion musulmane mais comme je dis, l’important c’est la quintessence de toute religion, à savoir l’amour. la foi.
      Avec amour, Salwa

  2. Bonjour. J’ai enterré mon fils de 5 ans et mon neveu de 6ans il y a 3mois des suites d’une noyade. Je suis vraiment profondément meurtrie par ces 2 pertes surtout que c’est moi qui ai retrouvé les corps des enfants..je serai vraiment intéressé d’être en contact avec vous et même d’avoir le livre seulement j’habite aux îles comores et ne sais pas si je pourrai me le procurer via une librairie. En attendant de vous lire….bien à vous. Maman sahel

    • Chère soeur de douleur,
      Votre message m’a profondément touchée, d’autant que mon fils est DCD (terme que j’utilise, moins dur) noyé.
      Donnez moi votre adresse et j’essayerai de vous l’envoyer. Il se vend à Paris à l’Institut du monde Arabe. Ce Journal d’une mère en deuil, l’Apollon de Lumière, est un livre de Consolation, d’amour et de paix de l’âme et je sais qu’il a aidé plusieurs personnes. j’ai reçu beaucoup de témoignages et je vous le dis, ma soeur, seule la Foi peut soulager et nous faire comprendre, que nous sommes sur terre pour un court laps d temps et que nous nous retrouverons bientôt la-haut. Vos enfants sont en paix, heureux et confiants. Ils sont au Paradis dans la maison de dieu. Je vous propose un film qui m’a beaucoup plus sur le spiritisme. Il s’agit de : les mères de Chicco Faver. sur Youtube vous le trouverez. A voir . Il fait énormément de bien. Restons en contact. J’organise chez moi, une fois par mois des rencontres entre mamans de douleur.Courage! vous n’êtes pas seule. Dieu est là. Salwa Tazi

      • Baraka allah hou fik. Je désespérais je pensais que vous n’aviez pas lu mon message. Oui la foi m’aide beaucoup mais nous vivons dans une société (les comores ) ou il ne fait pas bon de pleurer ni de parler…heureusement dieu merci ma belle belle soeur nous nous soutenons.je regrette de ne pas être en France j’aurai aimé vous rencontrer. Nous nous sentons si seules et surtout non comprises. Il n’y a aucun suivi ni aide. On d’en remet à Dieu. Je vais tenter de demander à ma famille en France s’ils peuvent se procurer le livre. J’ai hâte de le lire.inchallah. peux ton communiquer par mail plutôt que sur le site? Merci infiniment de m’avoir répondu. J’ai hâte de vous lire . Si jamais ma famille ne peut pas je pourrai vous communiquer mon adresse par mail închallah. Je crois en Dieu et au fait que rien n’est fait au hasard. Il m’a sûrement mise sur votre chemin pour me venir en aide. Baraka allah hou fik. Maman Sahel

        • Chère sœur de douleur, vous êtes la bienvenue et aussi sur ma page Facebook: Journal d’une mère en deuil. mon mail: salwatazi@hotmail.com
          Ce livre se vend à l’Institut du monde arabe. Paris. Cela dit, Dieu merci vous avec la foi. Elle peut soulever des montagnes, il suffit de lui donner une chance et d’y croire! Courage, la vie entière est une épreuve. Dans le coran , i lest écrit que Dieu ne peut pas donner à quelqu’un une charge qu’il ne peut pas surmonter.OUi, nous pouvons guérir quand on sait que nos enfants sont heureux et confiants, juste de l’autre côté de notre regard, mais pas de notre cœur. Ils nous attendent et ils espèrent de notre part que nous soyons calmes, heureux et apaisés. Les pleurs de nos enfants les font souffrir. Ma sœur, séchez vos larmes et souriez! Oui, souriez à la vie, au renouveau, à votre famille actuelle qui est vivante et qui attend de vous ce sourire bienfaiteur. Souriez et remettez votre peine immense à votre créateur. Il y a une vie après la vie, vous le savez, alors soyez patiente, nous nous reverrons inchallah! C’est cela mon message d’espoir pour aujourd’hui. Souriez à la vie et vous en ressentirez les bienfaits. Lisez de beaux passages du Coran, des écrits du soufisme, je vous enverrai des extraits de ce livre et je serai heureuse, un jour de vous serrer contre mon cœur et de vous dire: tout va bien , IL s’occupe de tout. IL est amour et paix. Nos enfants sont bien. Avec amour!

  3. Amina Khamlichi Oudghiri says:

    Chère amie,
    En entamant la lecture, ton livre, par son histoire, par ses mots vrais et violents, bouleversait la mère que je suis. Quelque part, il a interpellé la sœur que je fus, quand j’ai perdu mon propre frère. Je l’ai repoussé plusieurs fois, mais, repris quelques jours plus tard tant il m’intriguait. Oui, quand la douleur est trop forte, on la dompte en la faisant taire, en l’étouffant. Tu as choisi de l’affronter, de la transcrire pour mieux la maîtriser. C’est réussi, l’objectif est atteint.
    J’avoue, j’ai dû me forcer pour progresser. Et curieusement, au fil des pages, je me suis sentie apaisée par la douceur des mots qui revenaient, alternant ceux de la colère. Petit à petit, mes mains étaient moins crispées autour du livre. Tu as réussi à me transmettre par la simple rhétorique ton apaisement.
    Le livre côtoient les trois religions et les interpellent tour à tour, car leurs sagesses face à la douleur convergent. C’est là une grande leçon de tolérance. Les religions et les fois se mélangent tout au long du livre. C’est peut-être la recherche d’un refuge avant une religion.
    Mais j’admire ces témoignages de tolérance, d’amour et de vie, présents dans les moments douloureux comme apaisants. La colère cède souvent la place à l’hymne de l’amour, l’amour de la mère.
    La figure du père endeuillé est presqu’absente, alors que tu l’évoques dans toutes les étapes. Il est bien présent pour toutes les formalités. Mais, tu ne sembles pas prête à voir sa douleur, ni même l’entendre « Jad avait essayé de se confier à moi je l’avais stoppé net ……. Je ne serai jamais ta confidente sur ce chapitre… » . Alors même que tu vois celle de tous les autres évoqués, sœur, frère, fils, amis, et tu arrives même à les consoler. Oui, parce que sa douleur est aussi violente que la tienne, et tu ne peux le consoler, tu cherches encore à l’accepter, à construire une explication, à mettre des mots sur ce choc.
    Ce n’est qu’une fois dans l’acceptation, que tu vois le mari, le père, l’ami, l’amour qu’il est pour toi, dans les dernières pages. Et c’est là où je comprends que tu y es enfin.
    Merci pour ce livre, pour ces témoignages poignants et ces leçons de vie. « Les odeurs de la vie » telles que tu les évoques dans ton livre, sont bien là, et nous appellent à vivre le présent, car tout peut arriver demain, l’instant même qui suit.

    • Chère sœur, chère Amina,
      Ton message est allé tout droit sur mon cœur. Il m’a fait pleurer, réfléchir, aimer et il m’a encouragé par tes belles paroles sincères et aimantes. je sais combien il était douloureux pour toi de lire ce livre et je comprends à présent pourquoi. Mes sincères condoléances pour ce frère qui rayonne désormais dans la lumière et dans la paix. Oui, je comprends et je compatis. ma sœur tu as bien décrit le cheminement que j’ai suivi. Oui, le chemin de la fois n’a pas de frontières, ni de religion spécifique. Oui, pour mon mari, je n’avais pas la force de le soutenir, ni personne d’ailleurs. Même mes enfants se sont hélas débrouillés seuls… je ne pouvais tout simplement pas. Et oui, plus tard, j’ai entendu mon mari s’exprimer doucement, délicatement, à peine… Sa douleur comme tu as su l’exprimer était perceptible, tout au long car lui m’a soutenu. Enfin, oui, tu l’as compris, à partir du moment qu’il y a l’acceptation, la douleur s’atténue, elle est transcendée, assimilée sublimée par la foi, qui prend le dessus. Et oui, mille fois oui, la vie continue et il faut apprécier l’instant présent car “demain n’est promis à personne”. L’histoire se répète inlassablement et nous ne sommes à l’abri de rien. Alors vivons dans la conscience des choses vraies, cultivons la vertu, l’amour et la foi. Grandissons spirituellement et acceptons que les leçons sont des leçons de vie. Ce passage sur terre est juste une petite école pour notre âme qui s’habille de ce vêtement terrestre qui est le corps avant de la changer pour en porter un autre et aller ailleurs. Nos chers disparus nous attendent dans l’amour de Dieu. merci encore chère sœur et encore un fois, ton témoignage m’a touchée au plus profond de mon être. Hany ne sera pas “parti pour rien”. Il a délivré un message d’espoir, d’amour et de paix de l’âme. Que Dieu te protège et qu’il protèges tes aimés. Salwa Tazi

  4. Bonjour Madame Salwa Tazi,

    Je me présente je suis madame El Ouadrhiri Fatima, j’habite à Calais en France.

    Un jour, il y a 3 mois le 20 mai 2016, mon fils a travaillé avec moi, il a fini son travail avec moi ( restauration), il est rentré chez lui, comme chaque jours je l’attendais tous les matins à son poste, mais ce jours là il n’est pas venu travailler donc je l’ai appelé sur son portable il ne répondait pas.
    Quelques heures après la police vient au restaurant m’annoncer la mort de mon fils qui est l’ainée, mort noyé à la plage, je vous précise pas ce que j’ai ressenti car vous comprenez parfaitement ce sentiment.
    Un soir, j’ai mit 2M ( la chaine marocaine ), je suis tombée sur vous en train d’expliquer l’épreuve que vous avez traversé, j’ai pleuré et j’ai compris que j’étais pas seule à avoir subit cette épreuve.
    Depuis ce jour là, j’ai cherché votre livre, une amie bibliothécaire me l’a commandé, je l’ai reçu, je l’ai presque fini mais je vous écris maintenant car c’est mon autre fils ( j’ai 3 fils ) qui écrit ce que je dis car je ne maitrise pas les ordinateurs et il part faire ses études dans une autre ville.
    Le livre m’a aidé à comprendre votre expérience avec la perte de votre et la métaphore avec le papillon, en tout cas aujourd’hui avec votre livre, le coran, les prières, je commence à accepter la mort de mon fils et le destin.
    La veille de sa mort, il parlait du paradis. J’espère qu’il est en paix si Allah le veut. Il a laissé une petite fille de 3 ans qui s’appelle Lina en sachant qu’elle ne verra jamais son enfant, ça me fait mal.
    En tout cas je vous remercie, votre livre m’a aidé dans cette épreuve à accepter la mort de mon fils même si c’est difficile.
    Je vous laisse l’email de l’un de mon fils si vous pouvez me contacter dessus et j’aimerais vraiment vous voir car je vais souvent au Maroc à Rabat, mais dans un premier si vous pouviez me contacter s’il vous plait.

    L’émail : itachi7@live.fr

    Je vous remercie encore.

    Cordialement.

    • Ma soeur de lumière!

      Lalla Fatima, ma sœur de douleur comme j’appelle toutes mes sœurs qui ont traversés la même douloureuse épreuve.

      Nous avions effectivement traversé la même épreuve, sachant que mon fils, lui aussi a été perdu dans…l’eau comme le votre. Comme je l’ai écrit, ce n’est pas important la façon dont nos enfants quittent la terre; Le plus important c’est qu’ils sont partis avant nous pour continuer leur voyage de lumière. Notre tour viendra bientôt. Nous devrions être heureuses pour eux, ils se sont libérés de la matière.

      Chère sœur de douleur mais surtout de lumière, nous sommes de passage sur cette belle planète bleue.

      Vous êtes la bienvenue chez moi, écrivez moi comme vous voulez, j’organise chez moi des rencontres pour parler ensemble, j’invite d’autres mamans en détresse et nous partageons nos souvenirs, notre amour, notre foi en la vie.

      J’habite à Rabat, quand vous venez, vous êtes la bienvenue, contactez moi!

      Bienvenue ma sœur, vous avez de la chance, vous avez LINA! Quel bonheur! un ange est à vos côtés! Profitez de son amour et racontez lui comment était son papa, ses histoires, ses rires, sa joie de vivre!!! Moi je n’ai pas eu cette chance! Mon fils n’était pas marié.

      Moi aussi j’ai trois fils.

      On se ressemble! Je suis contente que vous ayez lu le livre. L’amour de toi et croire que la vie continue, donne de l’espoir.

      Affectueusement, Salwa Tazi

  5. redouane frimi dEL jadida says:

    bonjour chere dame
    bravo pour votre intervention au programme MACHARIF
    emouvant..

    • Cher monsieur Redouane, Je vous remercie du fond du cœur! Tant que je peux aider, ou réconforter, je suis comblée et mon enfant ne sera pas parti pour rien! Merci encore.

  6. Bonjour Madame, je suis impressionnée par votre façon de voir et vivre les Evénements, moi j’ai perdu mon père ilya 5 ans ( le 4 novembre ) et c’est toujours très douleureux, certes l’intensité a diminué heureusement.
    j’ai été accompagné par une coach qui m’a été d’une grande aide; j’aimerai lire votre livre; la perte d’un enfants doit être très très douloureuse ; que Dieu vous protège et yjazik.

    • Chère soeur de douleur, merci pour votre message. La douleur de la perte est tenace, mais le réconfort de savoir avec certitude que votre père est bien, qu’il se repose dans le lieu le plus merveilleux dans l’univers, qu’il poursuit son voyage de lumière et que pour rien au monde il ne voudrait retourner sur terre! Ayant choisi de vivre “cet événement ” avec cette perception, je vis bien. Hamdullah. C’est cette “perspective de vie que je décris dans mon livre. J’explique comment “tourner son téléscope vers une autre vision de la vie. Ainsi, ma soeur de douleur et de lumière, nous ne sommes pas un “corps” avec une âme, mais plutôt une âme qui le temps d’une si courte vie a revêtu un corps humain, puis elle le laisse tomber comme une peau desséchée et elle rejoint l lumière! Aussi simple que cela! Aussi beau que cela! J’organise des rencontres chez moi (Rabat) à la demande, pour les personnes en deuil… Je vous conseille de découvrir ma page Facebook: Journal d’une mère en deuil. Et je vous recommande de lire ce livre qui a déjà réconforté des milliers de personnes: Journal d’une mère en deuil. Je suis à votre écoute. Il faut avancer, ne serait-ce en l’honneur de nos chers disparus!

  7. “ma chère sœur de douleur! Comme votre message me touche! Comme j’aurai aimé vous serrer dans mes bras comme dans ce passage du livre que je vais copier et vous envoyer! Même mon fils de 25 ans est DCD (l’abréviation me facilite la tâche) noyé dans la mer méditerranée. Cela remonte à près de dix ans mais c’est comme si c’était hier… Lisez les commentaires sur facebook, il y a beaucoup de mamans qui m’écrivent. Oui, je suis souriante, il le faut, Dieu le veut et puis mon fils surtout le veut. Mais vois-tu, nos sommes obligées de traverser différentes étapes pour arriver peu à peu à la sérénité. Il faut passer pas là, hélas afin de nous ressourcer, prendre des forces et avoir le coeur et le courage d’avancer, de grandir dans la foi.
    Chaque mois j’organise des rencontres avec mes soeurs de douleur, on voit un court métrage, on parle, on mange de bonnes choses, on se rencontre et on se raconte et cette fois-ci, nous aurons un cours d’art thérapie. On essaye, il le faut. Je te donne un message d’espoir: j’ai si l’on peut qualifier cela de “maladie”, j’ai guéri. Je suis du moins sur le chemin, le livre m’a beaucoup aidé car j’y ai mis toutes les phrases réconfortantes, toutes les évidences comme quoi: nous allons tous partir, ce n’est qu’une question de temps, mais l’au delà est notre vraie demeure et nos enfants nous attendent dans l’amour et la confiance. Faisons comme eux, gardons la foi et le sourire, car nous les reverrons bientôt. Cette vie est factice, la vraie vie nous attend, celle-ci est un beau rêve. Souriez, vous avez votre famille qui n’attend que ça et en même temps vous ferez plaisir à votre fils. Il est bien soyez en sûre. Nous devenons proches de nos autres sœurs de douleur et de lumière. Nous nous rapprochons de la spiritualité. De l’amour de Dieu. Courage ma soeur!”

  8. “Journal d’une mère en deuil ” de Salwa Tazi

    C’est le hasard qui a mis ce livre dans les mains. Le hasard d’une rencontre heureuse. D’instinct je ne l’aurai pas choisi car je n’aime pas les autos fictions surtout lorsqu’il s’agit de deuil et pas n’importe lequel, celui qu’on refuse de nommer et qui n’a pas de nom, celui qui déclenche la colère face à l’inéluctable. Ce livre m’a choisi et je l’ai lu d’une traite. Alors que je m’attendais à être ballotée dans la violence de l’inacceptable, je fais le chemin de la résilience avec la mère. Et même si je ne suis pas touchée par la grâce de la foi qui explique tout et qui guérit tout , les mots choisis par l’auteur sont là pour apaiser . Cette capacité à absorber les chocs et d’accepter les déformations irréversibles et l’Amputation, et qui va au-delà des limites humaines du supportable est admirable mais les mères sont admirables…et les pères le sont aussi…..dans la retenue et la discrétion…
    Une plume d’une finesse incroyable qui cisèle les phrases dans l’émotion pure. J’aimerais réellement retrouver Salwa Tazi non plus dans le chagrin mais dans la sérénité , la douleur ayant fait émerger en elle un réel talent d’écrivain . A.D.”

  9. “Chère Salwa,
    Comme il est étrange d’entrer de plain-pied dans l’intimité d’un cœur ouvert par un drame si intense. Comme il est étrange d’entendre des voix, d’approcher des personnes de manière aussi personnelle et impersonnelle à la fois et si soudainement surtout. J’ai l’impression d’avoir été conviée au sein de la grande famille de la vie, là où nos visages ne sont que des masques de l’instant et où le sentiment seul est le ferment de l’Esprit.
    C’est le don de la sincérité d’une écriture qui serre au plus prés la confidence, et rend le paradoxe accessible. Je ne vous connaissais pas il y a quelques heures et maintenant vous m’avez présenté le plus précieux et fait entrer dans l’alcôve d’un immense dévoilement. Pour le mériter totalement et rendre louange à cet enseignement sacré, VIVRE LA MORT, je dois moi aussi élever ma compréhension, ouvrir ma poitrine, me laisser atteindre de plein fouet et regarder mes terreurs en face. Quelle médiation vous nous proposez, quelle méditation, simple, ordinaire sur l’OR précieux des jours, sur le tombeau des nuits et le cycle sans fin de l’espérance.
    J’ai aimé votre langue des oiseaux, elle témoignent d’une âme qui se dégage des signifiants et vole avec le potentiel des signifiés. L’oiseau et le papillon aiment la lumière !
    Merci, votre écoute rend possible ce moment où se prend le pouls au chevet de l’indicible, la pulsation retentit jusqu’ici, elle additionne les battements qui célèbrent l’enfant, la mère, le Créateur. Musique toujours et infiniment disponible, elle éclaire l’ombre et unie en une même voie ceux et celles qui aiment.” Malika


  10. Saadia Bouchaka a écrit:”Ce livre mon amie Salwa Tazi est une vraie leçon thérapeutique qui aide à accepter la perte d’un enfant ou d’un être cher, accepter de faire son deuil et accepter que la mort n’est pas une fin en soi mais une continuité ! L’âme de ceux qui nous quittent vient souvent nous rendre visite. Parfois on croit que ce n’est qu’ un rêve pour éviter les questions du métaphysique. Le jour où on s’est rencontré au salon du livre à Paris et avant même de faire ta connaissance, j’ai pris ce livre, j’ai parcouru quelques pages mais une a attiré mon attention et j’ai décidé d’en acheter deux un pour moi et un pour la fille d’une amie qui venait de perdre son enfant ! Puis, je me rappelle quand tu t’es avancée vers moi sans savoir que tu en étais l’auteur et ta question : qu’ est-ce qui t’a plu dans ce livre . C’est après notre longue discussion que j’ai su qui tu étais vraiment et depuis ce jour là on est devenue de vraies amies. Ce qui m’a toujours intrigué c’est pourquoi je ne t’ai pas posé de questions comme font les autres : ton enfant avait quel âge ? Comment il est mort ? Comment tu as pu faire face à cette perte? Pour moi , toutes les réponses n’étaient pas seulement dans ton livre mais dans ton regard ! Merci pour ce beau cadeau et merci pour cette amitié basée sur la compréhension et la complicité !”
    Merci ma soeur poétesse et spirituelle.

  11. “De Mr. Abdelfatah Sbaï: Pharmacien.Rotary Club. Fès.
    “Inspirée par Apollon,le papillon lumières ,Salwa Tazi nous guide dans son livre “journal d’une mère en deuil”vers la source de toutes les lumières : La Foi .Ecouter salwa parler de son cheminement est un bonheur à vivre !”
    Merci monsieur. Touchée.

    Ce soir, j’ai assisté à la signature du livre “journal d’une mère en deuil” écrit par Salwa Tazi! J’ai été impressionnée par le récit de l’auteure, par sa force et son courage, qui à travers son écriture, se cherchait un exutoire. Je suis restée admirative devant une femme ,ayant perdu son enfant, et qui raconte ” ses histoires” comme elle le dit si bien avec tant de sérénité et de paix!
    L’écrivaine nous a fait découvrir la force de la foi, dans un récit plein de sagesse, de spiritualité qu’elle a tenu de partager avec nous et ses lecteurs dans le monde en toute humilité!
    Mme Tazi, vos mots ont des ailes, ils résonnaient dans l’ambiance de la médiathèque tel un chant doux, on était captifs, comme dans un autre monde tels des papillons en voltiges, heureux!
    Toutes mes félicitations encore une fois!
    Je reprends une citation dans votre livre:
    Les hommes sont comme les trois papillons
    Devant la flamme d’une bougie:
    Le premier s’en approche et dit
    Moi je connais l’amour.
    Le second vient effleurer la flamme de ses ailes et dit:
    Moi je connais la brûlure de l’amour
    Le troisième se jette au coeur de la flamme et se consume
    Lui seul connaît le véritable amour
    Ibn Farid Attar.”

  12. “Journal d’une mère en deuil est un récit, oh! Combien poignant! L’auteure a fait l’expérience du trépas d’un être plus que cher, son Apollon de lumière. Cette mère éplorée, écorchée, stoïque est intarissable sur le sujet. Cette expérience douloureuse qui débouche sur une étude approfondie, est un cours magistral de la vie après la vie. Ce véritable journal initiatique, cocktail de chagrin incommensurable et de réflexions profondes, englobe en son sein différentes théories métaphysiques, philosophiques, analytiques, religieuses, mystiques, ésotériques, spirituelles…

    Cette autobiographie est pleine d’abnégation, de spiritualité, d’humilité et surtout de sagesse et d’espoir au bout de l’épreuve, il y a la réconciliation avec si-même et avec la vie qui continue.

    Salwa a trouvé, enfin, un semblant de réconfort auprès des siens et ce, grâce à la réflexion et à l’écriture. En effet, le verbe est toujours libérateur. Dans cet écrit déchirant, elle nous livre une psychanalyse initiatique et salutaire car elle débouche sur une sérénité exemplaire, un espoir de retrouvailles. À travers tous ces cheminements, nos assistons à une évolution salvatrice, un épanouissement dans la spiritualité et la foi, une acceptation admirable, un optimisme, une leçon de vie.

    Acceptez donc le témoignage d’une cousine secouée par votre souffrance, d’une lectrice compatissante et admirative car vous avez su maîtriser une douleur criante et indescriptible et la canaliser à travers une réflexion profonde et un discours plein de sagesse avec aussi un mélange heureux du spirituel et du matériel. Certains passages sont difficiles mais avec votre maîtrise “vous retombez toujours en équilibre sur vos deux pieds et vous ne boitez pas “comme vous le dites si bien!

    Bravo et encore bon courage!

    Cordialement, Khadija R.”

  13. ALAMI Mohamed says:

    Bonjour grande âme.
    Je vous ai connu à travers l’émission de Adnane Yassine ,il y à de ça presque une année. J’avais retenu votre nom pour des recherches sur vous et vos écrits. ..mais les choses de la vie ….Ce matin de dimanche, et inconsciemment, j’ai cliqué sur ma télécommande pour tomber sur la retransmission de ladite émission. Cette fois-ci, j’ai rempli le bon de commande pour Lefennec , mais il m’etait impossible de l’émettre.
    Je vous demande tout simplement de m’orienter où trouver tes livres? J’ai l’intention de m’en procurer le maximum. …
    Je vous félicite chère Salwa pour ce niveau spirituel que vous avez atteint, j’allais dire je vous envies. Merci d’avance. .
    Toutes mes considérations.
    ALAMI . M.

    • Cher frère de lumière,
      Votre message me va droit au cœur. Je considère que c’est une mission que de montrer à mes frères et sœurs de lumière, le chemin intérieur. Comme les papillons, nous nous transformons. Comme les papillons nous entrons dan le cocon de la mort, pour y abandonner notre vêtement de chair et revêtir le vêtement de lumière afin de poursuivre notre chemin. Dans Journal d’une mère en deuil, j’explique tout cela… J’ai dû traverser une telle épreuve pour ouvrir mes yeux… Comme dit Melkisadeq, ” ce que l’homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l’apprendra par la souffrance.” La souffrance est une maîtresse infaillible! J’ai goûté à ses leçons de vie et j’ai tenu à les partager pour réconforter d’autres âmes en souffrance. J’organise également des rencontres avec les personnes endeuillées. Une seule et unique phrase nous rassemble et explique tout: “Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.” Que dire de plus. Tout est dit dans cette phrase si juste.
      Pour les livres, il y a en dans toutes les librairies du Maroc, et il suffit de leur commander. Sinon, vous pouvez les commander directement de la maison d’édition Le Fennec/ Casablanca. 0522 209314
      Toutes mes considérations, Si Alami.

  14. bonjour Madame Tazi j ai regardé l émission Macharif et j’ai adoré votre façon d analyser

    • Merci monsieur. On dit: “Les vivants ferment les yeux des morts. les morts ouvrent les yeux des vivants.” c’est la seule interprétation. Cette vie est un passage. Il y a la naissance et son opposé la mort et il y a la vie qui n’a pas d’opposé: éternelle à jamais.

  15. Bonsoir MADAME Tazi merci pour votre réponse qui fait chaud au cœur

  16. “Ma chère Salwa,
    Merci de m’avoir donné le plaisir de lire ton manuscrit. Tu peux imaginer mon émotion et surtout l’apaisement que j’ai éprouvé en le lisant. j’espère que bientôt je trouverai la force, “Ta force”, afin de continuer à vivre en toute sérénité… Ne t’en fais pas, je suis sur la bonne voie. Je t’aime de tout mon cœur, Allah Yahafdek, Malika.”

  17. “”Alahouma ajirni fi moussibati Wa khloufli khairan minha” bravo d ‘avoir eu le courage de revivre le pire !
    En lisant ton livre j ‘ ai cru me lire moi même ,j ai émergé de ma douleur en faisant différentes recherches : coran,soufisme,bouddhisme ……..et je retrouve dans ton livre beaucoup de citations ,leçons de vie qui m ‘ont aidé et continuent à m’aider dans ma lutte quotidienne .Je suis passée exactement par les mêmes étapes ,j ai eu les mêmes interrogations ,j’ ai vécu les mêmes situations .Si j’ avais eu le courage et la force d’écrire on aurait cru à du “copier coller”tellement je me retrouve dans ton livre .Cela fait six ans que mon fils de vingt ans est “parti “la lutte est quotidienne ,dure,dure mais avec la volonté dieu on y arrive et je souhaite que dieu nous aide encore et encore à supporter cette absence de la présence .Bravo encore et merci pour la gentille dédicace faite pour moi par l intermédiaire d’une amie” .O.K.

  18. “”J’ai lu 30 pages, très bien écris. Je peux sentir… Je voulais pleurer avec toi….” LinLu”

  19. “Selwa,

    “Your book has helped me deal, in a much more positive way, with some of my very old but nonetheless very present tragedies. Thank you for touching so many lives.
    Your friend,Mimi”.

  20. “Subject : même peine, même évolution spirituelle,
    Message Body : Bonjour Salwa, Je suis une maman, je suis une maman endeuillée comme toi, d’ailleurs je vais te tutoyer car je sens que nous sommes soeurs dans la douleur . Je t’écris car en lisant ton livre “Journal d’une mère en deuil ” je m’y retrouve comme si c’était moi l’auteur et cela me réconforte, je sens que je ne suis pas la seule à subir et vivre ce drame. Avant le décès de mon fils, je vivais dans un monde de logique, maintenant je vis dans un monde de spiritualité, la mort de mon fils m’a ouvert les yeux sur plusieurs voies, je m’ouvre à d’autres horizons , religions, croyances, idéologies,dogmes, doctrines. Maintenant, tout bizarrement, je crois en la réincarnation! ! Je puise ma force de vivre dans la psychothérapie, dans le coran, dans la spiritualité, dans le temps partagé avec gens positifs et dans des choses très simples, dans la préparation de cake pour mes enfants! Bref, tout les moyens sont bons pour ne pas sombrer. Le jour, la rencontre avec un papillon, oiseau, pigeon me réconforte, je me dis que ça peut être lui, son âme. Le soir, je m’endors avec l’espoir de le voir, lui parler et le serrer contre moi. Ainsi se déroulent mes 24h, ma vie depuis un an. Voilà ça sera tout pour aujourd’hui, mais saches que ce mail ne sera pas le dernier et j’aimerais tant que tu me répondes, j’ai besoin de soutien des gens comme toi. ..” H.A.

  21. Bonjour Mme Tazi ,
    Je vous ai suivie aujourd’hui sur medi1 Tv pour le débat qui était comment surmonter notre seuil!! Vous êtes simplement magnifique très classe et aussi très douce !! Fière de vous comme femme Marocaine qui présente le modèle de la femme au Maroc et fière de vous comme Âme qui cherche à refléter la lumière l’espoir l’amour et la paix sur les chemins de l’autrui !!
    Amour et respect
    KAOUTAR

    • Chère sœur de lumière!
      Chère Kaoutar,

      Ton message m’a fait chaud au coeur. J’en suis profondément touchée. Ma mission de vie est de dire combien cette vie est illusoire et comment nous la traversons d’étapes en étapes en poursuivant notre voyage de lumière. Comme le papillon nous nous métamorphosons et comme le papillon on peut dire que ” ce que la chenille appelle la fin du monde, le Maître l’appelle Papillon. ” un papillon n’est-il pas plus beau, plus gracieux qu’une chenille? Alors il faut le dire. J’ai souffert moi aussi. Je croyais que le monde s’était arrêté pour moi puis à force de lectures, de prières, j’ai réalisé cette interprétation vieille comme le monde: nous sommes de passages. Des êtres de transition, voilà ce que nous sommes et depuis toujours tous les sages l’ont dit mais nous on l’oublie. Alors j’en fait une mission de vie. D’abord par le partage de ce livre Journal d’une mère en deuil ( l’Apollon de lumière) et un autre pour bientôt et mon Blog…
      La vie est ainsi faite. Chacun son lot. Hamdullah!
      Au plaisir d’une rencontre! Je donne une conférence le 17 mars à la Villa des Arts de Casablanca. À 18 heures. Bienvenue!
      Cordialement,
      http://www.salwatazi.com

  22. Souki says:

    Bonsoir,

    Depuis que je vous ai vu parler de ce livre sur Medi1 Tv j’ai eu tellement envie de le lire. Me voilà à la recherche du livre en vain…j’habite en Belgique et ça fait plus d’un mois que je l’ai commandé à la Fnac…je n’ai eu aucune nouvelle depuis! Sauriez vous me dire où je pourrais-je l’avoir?

    • Cher monsieur, cher frère de lumière. Tout d’abord, désolée pour le retard à vous répondre! Mon fils s’est mis en tête “d’arranger mon site” et … longtemps c’est rester uniquement dans sa tête! En attendant, je ne pouvais pratiquement pas utiliser ce Blog. Je vous remercie de tout mon cœur pour l’intérêt que vous portez à ce livre: L’Apollon de lumière, Journal d’une mère en deuil. Effectivement il est mal distribué en Europe. Cela dit, il sera en ligne , c’est pour bientôt sur Amazon, je crois. Il est en vente à l’IMA à Paris. Sinon, bienvenu au Maroc où il est en vente partout! Au plaisir d’une rencontre… je donne parfois des conférences. Merci encore.

Speak Your Mind

*