Ma foi

Je peux affirmer sans l’ombre d’un doute (al yaqîn) que je suis profondément croyante. J’ai une foi indéfectible. Je ne l’affiche pas ni ne la met en scène. Elle est intime et personnelle.
Certains versets du Coran m’ont sauvé du désespoir. D’autres me donnent la force de surmonter l’épreuve et saisir le sens de la vie. D’autres m’insufflent l’amour et la dévotion envers mon créateur. Cela ne m’empêche pas d’être objective. C’est en toute conscience et avec une liberté totale que je pratique ma foi. Sans culpabilité aucune, je mets en pratique ce que je ressens et ce dont je suis entièrement convaincue.
Apprendre 60 sourates du Coran par cœur, sans esprit critique et sans analyser chaque verset, chaque hadith, mène à la confusion avec mille interprétations contradictoires.
Pour y voir clair une relecture lucide et rationnelle est primordiale. Elle est même salutaire. C’est ce que l’on nomme la liberté de conscience.
Le Coran nécessite une connaissance académique pour le cerner dans son ensemble. Le message spirituel est évident mais il y a des versets qui relatent des aspects juridiques, faits historiques, recommandations, obligations, préceptes qui peuvent nous égarer si nous ignorons leur contexte, ordre chronologique, évolution au contact des sociétés nouvelles et leur durée dans le temps.
Ainsi en est-il des versets abrogés (mansukh) et des versets abrogeants (nasikh). Il est écrit dans le Coran: «Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent?» 2.106
Ainsi en est-il de l’unicité de l’Islam avec ses cinq courants principaux, ajoutés à ses multiples branches et ses innombrables ramifications. Que choisir? Seul le discernement nous ouvre les yeux.
À nous de nous plonger honnêtement dans l’étude du Livre pour notre plus grand bien.

About Salwa Tazi

Speak Your Mind

*