Réponse de Salwa Tazi à Asma Lamrabet

Suite à la Lettre ouverte: Pourquoi portez-vous le voile Asma Lamrabet?(http://salwatazi.com/lettre-ouverte-asmaa-lamrabet1/)

Voici le message  reçu de la part de Asma Lamrabet :

« Merci Mme… je ne sais pas si vous vous rendez compte de la violence de votre geste pour mon intimité de femme!! Venant d’une femme de votre niveau intellectuel!!! Une véritable inquisition des consciences ! Je ne vous ferais pas l’affront de vous répondre … je vous laisse à votre conscience… celle aussi de m’avoir jetée en pâture… c’est trop triste…Bien à vous. »

Réponse  de Salwa Tazi:

Madame,

Ce débat est utile et légitime. C’est trop triste que vous ayez interprété cette Lettre ouverte comme une attaque personnelle. Si vous lisez les commentaires (mais vous m’avez bloquée l’accès à votre page et à votre messagerie !) Sachez que :

_ ¾ des internautes vous apprécient et vous respectent.

_ ¾ des internautes vous défendent et trouvent de bonnes raisons quant au port de votre foulard. (Il suffit de piocher quelques suggestions et de les reformuler.)

_ ¾ des internautes ne comprennent pas votre mutisme quant au port de votre voile (hijab.) Ils écrivent: «Merci et bravo de poser cette question que plusieurs d’entre nous auraient voulu poser et n’ont pas osé. Cette question nous taraudait»

_ ¾ des internautes attendent de votre part une réponse logique, claire et nette, digne d’une femme de votre trempe.

Vous m’accusez de “Faire violence à votre intimité de femme.” Je ne comprends pas! Vous êtes un personnage public de renommée internationale. Vous maîtrisez le sujet sur les femmes en Islam (Le Coran et les femmes : une lecture de libération),  la thématique du voile (Le voile de toutes les discordes) et vous prônez le féminisme islamique et l’égalité (Femmes et hommes dans le Coran: quelle égalité?). Dans toutes vos conférences, vous abordez le sujet du voile,  est-ce à dire que vous “faites violence à l’intimité des  femmes” qui vous écoutent?  Dans ce contexte, la question du voile ne concerne ni votre  “intimité de femme”, ni votre espace privé. Elle est de notoriété publique.

De quelle violence faites-vous allusion ? Je ne vois pas en quoi mon geste serait violent. En conséquence, le geste de vos lecteurs et celui des milliers de personnes qui se posent cette même question le serait ?

Vous dites: “Une véritable inquisition des consciences!” J’ai cherché dans le  dictionnaire cela signifie: Enquête indiscrète considérée comme arbitraire et vexatoire.

C’est plutôt une véritable prise de conscience. Ce sont les livres, actes, paroles et l’exemple qui   transforment  les consciences, ainsi qu’une simple question de bon sens comme celle-ci:

Pourquoi portez-vous le voile Asma Lamrabet?

Je veux  comprendre  pourquoi une écrivaine-chercheure-conférencière,  progressiste qui affirme “haut et fort que le voile n’est pas obligatoire, il ne fait pas le moine, il ne fait ni la musulmane, ni la croyante”,  se voile  elle-même? Vous dites, je cite: “qu’il ne faut pas réduire la femme à son voile tandis que le Coran, consacre l’égalité spirituelle entre les hommes et les femmes, qui sont jugés sur leurs seuls actes”.  Vous clamez que l’on doit cesser de réduire le message islamique à un mode vestimentaire. Vous parlez de “libass a Taquwa” (l’habit de la décence) et en même temps, vous portez le voile par “choix spirituel”, comme vous l’avez souligné. Ainsi, celles qui le portent seraient “moralement supérieures” et “plus spirituelles”  que celles qui ne le portent pas ? Selon ma compréhension, c’est une contradiction…ou peut-être cela sous-entend-t-il  un double langage? À vous de nous éclairer. La Lettre ouverte n’est pas une inquisition, ni une enquête indiscrète, arbitraire ou vexatoire. C’est une mise au point pour éviter les amalgames et les confusions.

_ Vous dites : “Je ne vous ferai pas l’affront de vous répondre. ”

C’est à vos lecteurs que vous répondez, pas à moi. Je le répète, le débat est public et national. Eux veulent savoir. À moi, vous avez déjà répondu en privé. Déçue, certainement, mais je m’en contenterai.

_ Vous précisez que c’est  “un affront de répondre à cette question du voile.

Il n’y a  pas d’affront, ni de honte, ni de déshonneur à expliquer pourquoi vous portez le voile quand vous préconisez le contraire aux autres.

_ Vous m’accusez  “de vous avoir jetée en pâture.” Jamais ! J’ai trop d’honneur pour me rabaisser à de viles manipulations. Des Lettres ouvertes, il y en a toujours  eu,  surtout quand il s’agit d’éthique. Celle-ci est un simple débat d’idées.

_ Vous ajoutez : “Je vous laisse à votre conscience.”

J’ai la conscience tranquille. Je ne vous veux aucun mal, tel n’est pas mon but. Je m’adresse à l’écrivaine-chercheure-conférencière qui porte l’espoir du renouveau de la pensée musulmane. Je m’adresse à Asma Lamrabet qui  est considérée comme un modèle et un  porte-étendard pour les femmes oppressées sous le joug d’une vision traditionaliste et patriarcale de la religion.

Madame,

J’ai appris de mes éducateurs que toute question sincère est bonne à poser pour l’échange de connaissances. Vous le savez mieux que moi, «La Hayaâ fi dinne», (pas de gêne en Islam). En études islamiques, le dialogue est recommandé: «Aljidal» (le débat) «Al7iwar» (donne-moi, je te donne) ou mieux : «At-tahâwur» (le dialogue). Par exemple, les Banou Israïl  ont posé des questions audacieuses et Dieu y répondait à travers des versets coraniques. Rien d’équivoque.

Nous sommes toutes les deux sur le même bateau, nous avons tout intérêt à être alliées, main dans la main pour faire progresser les mentalités rétrogrades. Il faut  avoir du courage pour oser entreprendre le changement.  Il ne se fait pas à huis clos.

Nous poursuivons un même but noble: mettre de la lumière sur les zones d’ombre.

Entre “intellectuelles” la Lettre ouverte ouvre la porte à une réflexion  saine et  fructueuse. Elle concerne tous ceux qui ont soif de savoir et d’une interprétation  judicieuse des textes religieux.

C’est ce que l’on appelle «l’Ijtihad ». N’est-ce-pas ?

 

Salwa Tazi About Salwa Tazi

Comments

  1. Merci Madame.
    Grâce à vous , le débat est ouvert

    • C’est grâce à tous les messages d’encouragements que j’ai reçus! Ils m’ont solliciter à ouvrir le débat pour aller de l’avant et balayer les amalgames. Il est temps que l’on réagisse et que l’on remplisse l’espace. Merci à vous.

      • Tahri-joutey Najia says:

        Je ne vous connais pas mais je vous félicite pour cette mise au point
        Malheureusement beaucoup de personnages célèbres politiques ou autre pensent qu’en utilisant les mots à bon escient vont acquérir soit la notoriété soit le respect et l’admiration
        Or il n’est de notoriété ou de respect que par l’honneteté et la sincérité et l’écoute de l’autre
        Je suis de tout cœur avec vous du fin fond de mon statut d’immigree

      • bravo madame

  2. Malika Filali says:

    Ceci montre encore une fois, si besoin était, que liberté, égalité, dignité et, last but not least, le féminisme sont des valeurs qui doivent échapper au religieux. Car on le voit bien, même avec une intellectuelle du niveau de Mme Lamrabet, on est confronté à un rigorisme et un refus du dialogue propres à tous les dogmes, politiques comme religieux. La cause des femmes ne sera jamais défendue par une religion, JAMAIS. Seule la laīcité y a réussi. Tout le reste est un leurre, n’en déplaise aux Lamrabet & Co.

  3. kenza benjelloun says:

    Merci Madame Tazi pour cette question de bon sens et comme vous dites c’est une mise au point pour éviter les amalgames et les confusions…. Nous en avons vraiment besoin !

  4. discuter des tenues vestimentaires des gens,nous n’avons plus aucun autre chat à fouetter que ce sujet,nous avons tout réglé et nous avons trouvé toutes les solutions à nos autres”vrais problèmes”,chaque personne est libre de porter la tenue vestimentaire qui lui convient et dans laquelle elle se sente à l’aise sans s’occuper de ce que les autres portent,un faux problème importé de je ne sais ou pour nous détourner de notre quotidien qui n’est pas aussi brillant dans de multiples domaines(santé défaillante-chômage galopant-éducation des temps des cavernes-pouvoir d’achat qui se détériore-insécurité dans nos villes et villages-corruption à tous les échelles-pauvreté ou zide ou zide),tant de maux sociaux et nos intellectuel(le)s se chamaillent pour des futilités ou pour un morceau d’étoffe si ce n’est pas un morceau de chiffon,eh bien bravo Mesdames/Mesdemoiselles et Messieurs nos illustres savant(e)s et intellectuel(le)s pour vos telles participations qui ne nous avanceront nulle part,vous donnez un piètre exemple

    • MERCI POUR VOTRE MESSAGE. Vous me rappelez le conflit qui existe entre les défenseurs de la cause animale et ceux des enfants de rues. On dit aux premiers: ” occupez-vous des enfants abandonnés au lieu de vous occuper des animaux. C’est plus important!” En fait monsieur, chacun à son niveau étudie, analyse certains problèmes ou contradictions dans la société. Tout est bienvenu. Par rapport à ce sujet, une tenue “vestimentaire” telle que le hijab islamique, n’est pas anodine. Elle renferme toute une symbolique, tout un univers, toute une pensée, tout un monde. On ne revêt pas un foulard islamique, un hijab, une burqa, comme on ajouterait une broche papillon sur notre chemise. Le fait pour madame A.L. de porter le voile quand elle explique qu’il ne fait pas la musulmane ,ni la croyante en général, interpelle dès lors qu’elle-même le porte. Simple clarification pour éviter les amalgames de la part de cette femme spécialiste du voile…

  5. Bravo Madame Tazi! Et c’est bien dommage que MmeLemrabet se soit repliee derriere son”intimite” au lieude declarifier sa position en participant a un debat absolument necessaire par les temps qui courent.

  6. Philippe Beaujean says:

    Que ce soit ici ou sous d’autres latitudes, la question musulmane semble parfois se résumer au port du hijab. J’ai même l’impression que s’il n’y a plus de controverse à trouver à l’encontre de l’islam, il restera, « heureusement », le foulard pour en découdre.

    Pourtant ce débat essentiellement « inter-culturel » ou « idéologique » fait écho au sein de notre société, entre-autre au sein des rangs des premières intéressées, à savoir : les femmes.

    Je voudrais ici uniquement me concentrer sur ce point. N’attendez pas de moi une recommandation pour ou contre le voile, ce n’est pas l’objet de ce qui suit. Par contre, nous allons peut-être mieux comprendre certains de nos comportements, certains pièges de l’esprit, que nous retrouvons aussi dans d’autres circonstances. Je vous laisserai donc le soin de les replacer dans les contextes qui vous concerne.

    Depuis les années que je fréquente les réseaux sociaux, il ne se passe pas une semaine sans que je croise un post où une femme s’emporte pour ou contre le foulard, haranguant ses consœurs pour les inviter à adopter leur choix ou pour critiquer le leur.

    Lorsque je vois une femme portant ou non le foulard, ce que je « vois », c’est-à-dire ce que je « comprends », j’en suis le seul responsable. Le sens tiré de la tenue de l’autre est de ma responsabilité. C’est moi qui, à travers mes croyances (principalement au sens psychologique du terme) et mes présupposés, lui donne une signification.

    C’est ainsi que certaines femmes critiquent le port du voile par d’autres en le qualifiant « d’asservissement de la femme », alors que celles qui le portent en ont peut-être fait le choix très librement. Ou d’autres qui, en croisant une consœur la tête nue, la qualifient de dépravée, alors que cette dernière a peut-être une relation à Dieu bien plus intime qu’elles.

    Alors Madame Tazi, je laisserai évidemment répondre l’intéressée à votre lettre ouverte. Il serait malvenu de ma part de lui confisquer la parole. Pour ma part, je trouve votre question, bien que respectueuse, étonnante. Vous dites vous-même comprendre des écrits d’Asma Lamrabet qu’il n’y a aucune obligation sur la question du voile, et vous lui demandez, de façon insistante et publiquement, de se justifier sur le choix qu’_elle_ a fait d’en porter un. Pourquoi devrait-elle s’en expliquer ? Si, comme vous semblez le relever dans ses écrits, il n’y a pas d’_obligation_ au port du voile, cela ne veut-il pas dire aussi que _chacune_ peut choisir de faire ce qu’elle veut ? Et _choisir_ d’en porter un est un choix possible.

    Au lieu de demander à Mme Lamrabet de se justifier sur ses choix vestimentaires, ne serait-il pas plus instructif que nous nous posions la question de savoir ce que voir un foulard chez l’autre signifie pour nous, tout en nous rappelant que l’autre n’a aucune responsabilité dans le sens que _nous_ donnons à cela. Qu’est-ce que cela nous fait ? À quoi ou à quelle partie de notre histoire cela nous renvoie ? Quelles peurs cela réveille ? S’il y en a, sont-elles justifiées ? …

    Il y a, par contre, des questions plus utiles (et plus constructives) qui auraient pu être posée à Mme Lamrabet. À travers votre question, je crois entrevoir une interrogation ou une préoccupation peut-être plus légitime : définir le vivre ensemble dans la paix et la différence. C’est vrai que Mme Lamrabet et vous pourriez échanger sur la façon dont chacune se propose de le construire. Si mené de façon constructive, ce serait un échange sain qui nous serait plus utile à tous, car annonciateur de jours meilleurs, et garantie de paix, de respect et de sécurité.

  7. A question légitime une autre aussi légitime : est il opportun et judicieux de poser votre question dans un contexte mondial où l’obscurantisme semble primer ? N’est il pas gratuitement provocateur de s’acharner à reposer votre question à la seule femme érudite musulmane marocaine qui a le courage de ses idées et arrive à s’imposer dans un milieu machiste et patriarcale ? Si c’est au prix de mettre un foulard cela vaut la peine.
    Je partage les sentiments exprimés par Asma Lamrabet dans sa réponse à votre lettre ouverte et suis également triste de constater que cela vient de femmes qui se disent intellectuelles et défendant la cause des femmes alors que dans les faits vous mettez une femme en pâture à ses nombreux détracteurs au lieu de participer à vulgariser ses idées et ses écrits clairvoyants qui apportent un vrai progrès dans la lecture des textes sacrés en faveur de la femme dans un pays musulman qu’on le veuille ou pas.
    Allons à l’essentiel et soyons vigilants aux conséquences prejudiciables de nos propos.
    Ne tombons pas dans le stigmatise vestimentaire à l’instar de certains pays que nous prenons en exemple alors qu’ils sont fustigés et condamnés par leurs propres institutions.
    Une dernière question à se poser : Asma Lamrabet s’adresse t-elle à des convaincus ou à ceux qu’ils faut convaincre ? Ayons du dicernement .

  8. La réponse de Mme Asma Lamrabet démontre le soucis d’aujourd’hui, on ne peut plus poser de question sur l’Islam… on ne peut plus poser de question à personne! Tout le monde se sent agressé, les non-dits réapparaissent, on ne prêche que des idées et tout cela fait croire à un monde irréel…
    Nous avons besoin de débats pour permettre aux personnes de voir la réalité, d’analyser les situations, de se faire sa propre idée…

    “Sois bête et tais toi … “

    • Exact. Vraiment très juste! Je me bats pour que le dialogue soit clair et net. “Un monde intouchable”. Pas de faux-semblants. Pas de double langage. Même Asma Lamrabet dit qu’il y a trop de tabous dans notre langage et de la schizophrénie!! Quand on lui pose la question, elle se fâche…Nous avons un devoir de parole.

  9. J’ai essayé de lire ou plutôt de trouver un sens à cet article mais excusez mon ignorance ; je ne trouve pas le moindre nano intérêt à ce qu’essaie de nous expliquer Madame TAZI. ça doit certainement être celle du sketch de Gad Elmaleh

    • Je trouve de mon côté que vous êtes de mauvaise foi. Relisez attentivement la Lettre ouverte, puis la réponse, analysez le texte, essayez de comprendre les enjeux concernant la liberté de la femme et l’égalité hommes/femmes, et vous verrez (peut-être) qu’il y a un sens profond à cet article….Sinon, madame TAZI elle-même ne pourra rien pour vous.

  10. Merci Mme Salwa Tazi d ‘ avoir ouvert un débat nécessaire et qui s ‘ impose de par l ‘ ampleur des remous qu il suscite , et ce depuis déjà quelques décennies . Alors justement , si l ‘ ouverture d ‘ un débat peut être rassurante de par la liberté d ‘ expression que ce dernier exige , il est plutôt intrigant de le voir se clore avant qu’il ne commence . Sans vouloir pointer du doigt Mme Lamrabet , il me semble légitime et utile que chacun et chacune puisse apporter son avis sur la question tout en étant curieux d ‘ avoir des explications des uns et des autres , sachant que sur ce sujet , la liberté de la femme , et elle seule , est mise en danger . La preuve en est que la question créé l ‘ hystérie et déstabilise . Aujourd’hui tout le monde se sent concerné car il y a entrave à la paix du vivre ensemble .

    • Exact. Oui, c’est un débat utile et légitime. Je l’ai écrit, depuis toujours il faut le dialogue même si la question posée semble futile ou mal à propos. elle amène d’autres question plus pertinentes. Elle amène la réflexion sur des sujets de base. Merci.

  11. Je trouve la réponse de Madame L’Mrabet totalement inadaptée. Son foulard n’est pas intime puisqu’il est porté au vu et au su de tous, un peu comme un étendard. Une explication de quelque ordre qu’elle était aurait été plus efficace que cet espèce de hauteur dans laquelle elle se retranche. Elle l’affaiblit, et porte atteinte à la portée de ses positions. C’est très dommage

    • C’est amusant d’ailleurs de voir que l’intimité est plus intime sans foulard!
      Comme il est possible de se couvrir sans burkini & burqa, il est des personnes plus discrètes et humbles sans foulard…
      Dans ce cas ci, Mme Lamrabet est une personne public et si elle fait le choix du foulard (la question de Mme Tazi n’est pas une critique mais une question), elle doit pouvoir l’expliquer !

      • Je pense que Mme l’Mrabet est très gênée par cet affaire de voile. Mais il ne faut oublier qu’elle évolue et travaille dans une sphère de religieux très conservateurs et presque tous des hommes. Aussi, dans sa position elle se sent presque isolée, fragile et presque obligée de porter un demi voile (voile léger). Je la comprends quand on considère la pression (gestes, mots gentils) que subissent beaucoup de femmes non voilées par leur familles et leur entourage. Je la défends en considérant que je vois un verre a moitié vide.

        • Peut-être se sent-elle obligée de part son métier, mais alors? Pourquoi ne l’avoue-t-elle pas franchement et simplement, sans se braquer, me bloquer et se fâcher? Je crois que c’est plus compliqué pour elle. Elle semble être prise par deux ou trois courants de pensée…Si la chose est claire, qu’elle le reconnaisse! Comme dit Boileau:”Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.”

  12. Bonjour Mme Tazi,
    Vous avez posez la question que nombre d’entre nous n’aurait jamais osé poser. Je n’ai moi même jamais compris le pourquoi du comment : une femme publique, intellectuelle, qui affirme dans ses écrits que le port du foulard n’est pas obligatoire et qui , en dépit de ses affirmations, le porte elle même !
    Il y a là quelque chose qui n’est pas claire ! Je voudrais juste comprendre !
    Il n’y a réellement rien d’indiscret ou d’ inquisitoire dans votre lettre.!
    Une réponse comme : je trouve que ça fait élégant m’aurait suffit. Laisser le flou autour de la question ne joue pas en sa faveur. C’est dommage ! Parce que j’aurais bien voulu qu’il y en ait beaucoup : des Asma Lamrabet !

    • Bonjour Madame! Tout à fait d’accord. Une petite réponse avec le sourire m’aurait suffit…quoique…il faut prêcher ce que l’on applique. Elle dit effectivement que “l’habit ne fait pas le moine’ que le voile ne fait pas la musulmane, et elle le porte. C’est comme si en douce elle encourage les femmes “pieuses, sérieuses, meilleures, prudes” à le porter, quand aux autres (femmes musulmanes “normales”) elle leur conseille de ne pas le porter… Oui. en effet. Merci madame!

  13. En tout cas, en ne répondant pas, elle génère encore plus de commentaires, qui vont encore la “blesser” si elle les lit, bien sûr. A mon avis, il y a en elle une sorte de réaction qui ressemble à celle du pari de Pascal: le voile n’est pas obligatoire, mais au cas où, mettons-le, on ne perd rien, et on aura pleut-être la bénédiction divine

  14. Bensaid hanane says:

    Mme tazi … je vous felicite vivement car vous dites tout haut ce que tout le monde pense tout bas … bien que j’apprécie les propos et les pensées de mme lamrabet cette question comme vous avez si bien souligné me hante l’esprit …. pour ma part je crois que les femmes qui ont porté le hijab n’osent tout simplement pas l’enlever par crainte d’être mal jugées par la société … c’est une réalité que j’ai personnellement côtoyé … reste à trouver une solution pour ces femmes qui sont désormais convaincues pour la nécessité de l’enlever mais qui n’en ont pas la force

    • Merci pour votre message. c’est juste, elles n’osent plus l’enlever d’autant que celle qui affirme qu’il n’est pas obligatoire, le porte elle-même. Mais cela viendra/ en Iran, en Égypte, les femmes qui l’ont porté se rebellent enfin.

  15. Je vous félicite pour cette franchise qui dérange tant de gens. Respects.

  16. Fettah Bennani says:

    Magnifique!

  17. el yacoubi kamal says:

    Quelques références coraniques :
    1 ) Sourate 16 , Verset 89 :
    ….Nous ( ce sont les anges qui parlent mais les mots sont d’Allah , car quand Allah parle , Il dit Je ..) t’avons rendu accessible ( et non nous avons fait descendre sur toi ) le LIVRE , comme un exposé explicite de toute chose , ainsi qu’un guide , une grâce et une bonne annonce aux Musulmans .
    2 ) Sourate 75 , Verset 17 :
    ( Parlant du Cran ..) Toujours les anges disent : ” nous le compilerons et Le liront pour toi ( il s’agit de la façon de Le lire car les mots d’Allah ont une élocution particulière ) .
    3 ) Sourate 6 , Verset 38 /
    Nus n’avons rien omis dans le LIVRE .
    Donc tout est dans Le livre , il suffit d ‘ y aller sans préjuges , sans connaissances glanées par – ci , par-là , dans les soi-disant hadiths , qui sont des inventions humaines à visée politique .

  18. Je suis content de voir un tel débat entre des intellectuels. .
    Et ne peut qu’enrichir nos connaissances.

  19. marwouane says:

    il semblerait que madame Lamrabet peut avoir n’importe quel discours pour peut que celui-ci la rende admirable !!!!!
    son approche dictatoriale peut porter préjudice à l’émancipation de la femme .

    je vous félicite pour cette lettre .

  20. noureddine says:

    je suis fier de vivre dans une société MAROC dans laquelle il y à les voilées et les non voilées.dans d’autre sociétés vous oblige de porter la voile.

    • Personne??? Renseignez-vous. Pour 30% peut-être. Une fillette qui porte le voile, ne le fait pas de son plein gré. Pourtant il y en a !Il ya beaucoup “d’incitateurs” qui influencent le femmes…

  21. J’ai vécu en Tunisie 5 ans entre 1999 et 2004. J’y étais en tant qu’étudiante. Le port du voile à l’époque était interdit dans les institutions publiques notamment les universités. Certaines de mes concitoyennes voilées enlevaient leur fichu une fois l’avion atterri sur le sol tunisien. Elles continuaient à se vêtir “pudiquement” mais la tête dévoilée. Leur vie ne changeait en rien et l’une d’entre elle m’a confié son étonnement face à l’attitude respectueuse des hommes tunisiens malgré ses cheveux au vent contrairement au harcèlent qu’elle subissait au Maroc malgré son voile.
    Résumons: si nous éduquons nos fils à respecter les femmes TOUTES les femmes. Le voile n’aura plus lieu d’être.

    • Bien exprimé. Je suis d’accord. Cela dit je ne me voilerai pas le temps que les hommes “soient” éduqués. En outre, au Canada par exemple, ils sont “éduqués” t pourtant des femmes là-bas porte le voile…Donc ce n’est pas vraiment la raison? n’est-ce-pas?

  22. Il y a aujourd’hui des femmes éduquées qui revendiquent le port du voile, et ont intériorisé leur infériorité vis-à-vis des hommes, comme une donnée coranique intangible. J’ai vu récemment un documentaire sur des femmes saoudiennes qui ont fait des études supérieures en Angleterre, et qui expliquaient que jamais elles n’accepteraient de vivre “libres”. Qu’elles trouvaient bien plus enviable leur sort, parce qu’elles avaient droit à la protection d’un homme toute leur vie.

    • Si ces femmes choisissent de revendiquer le port du voile et qu’elles “intériorisent leur infériorité” vis-à-vis des hommes comme une donnée intangible”, c’est leur droit. Elle revendiquent quelque chose qui n’a pas lieu d’être, qui n’est ni obligatoire, ni souhaité, cela complique la vie à mon avis! Merci pour le comment.

Speak Your Mind

*