Si Brahim Zniber m’était conté

“L’amour de la terre, c’est respecter et valoriser ce qu’elle nous donne.” Brahim Zniber.

Un terrible vent de sable s’est soudainement levé… La terre se retourne.

Un homme amoureux de la terre est retourné à la terre.

Si Brahim s’en est allé. Une page d’histoire s’est tournée. Cet autodidacte, self made man, comme il aimait se définir, chef d’entreprises, (et la liste est longue) premier vigneron du Maroc (Celliers de Meknès) grand producteur d’huile d’olive, ce gentleman farmer dans l’âme…. a rendu son âme à Dieu!

Si Brahim qui se qualifiait lui-même ainsi:  “Je ne suis qu’un simple fermier, un fellah” en nous regardant droit dans les yeux  est parti  comme il a vécu: dans la discrétion.

Ce “paysan” passionné d’agriculture, champion de l’écologie et du développement durable, lui qui  a “la campagne dans ses veines”, comme il se plaisait à le dire, a débuté sa carrière avec rien, pour la finir avec tout et surtout avec la considération de tous.

Si Brahim force le respect et l’admiration.

Ambitieux, cet homme d’affaires doué, au tempérament fort et déterminé, a su développer à l’échelle internationale l’agriculture sous toutes ses formes. Dans les années cinquante, il a bénéficié d’un crédit bancaire grâce à sa réputation honorable  et  “grâce à la baraka de mon père Tahar Zniber” – pour démarrer avec  le domaine Aït Harzalla, dans la région de Meknès: “Rien que des pierres et encore des pierres ! Pas un seul arbre à l’horizon !” Mais il faut croire que la baraka de son père et sa ténacité ne l’ont jamais abandonné! Son projet a largement porté ses fruits ; aujourd’hui ses sociétés exploitent des milliers  d’hectares de surfaces agricoles à travers le Maroc. “Dès le départ,  j’ai mis la barre très haut.”  affirmait-il. Et il a réussi haut la main.

Ce Patriarche, est le père tranquille d’une famille nombreuse, une  “tribu” qu’il adore. Papa complice, protecteur, indulgent, ouvert au dialogue, avec une bonne dose de philosophie (il en faut!)  Sa seule et terrible crainte  était de perdre un de ses enfants, disait-il. Père également de milliers d’employés  à travers le Maroc, Si Brahim a eu un parcours pour le moins atypique. Il a toujours eu le sens des affaires et du mécénat. Ancien parlementaire il a été le premier député à refuser de toucher son salaire par principe. Son exemple, sert de modèle et  a fait des émules depuis. Homme de volonté et de valeur, Si Brahim a passé sa vie à inculquer des règles morales et des valeurs nobles aux personnes qu’il côtoyait. “La religion” précisait-il, “ne se résume pas seulement à des pratiques rituelles  mais à des actes vertueux suivis d’un comportement intègre.”

Travailleur acharné, “mon hobby” disait-il avec fierté “c’est le travail .” Il a contribué à sa manière pour assurer un monde meilleur aux générations à venir. Un jour, au Salon International de l’Agriculture, il était ravi de voir un élevage de beaux spécimens de volailles. Il m’a expliqué avec humilité comment il apporte à sa façon sa pierre à l’édifice: Je les fais profiter du fruit de mon expertise. Vois-tu, on ne peut pas avancer sans tirer avec nous les petites unités. C’est comme pour une locomotive, les wagons ont besoin d’être reliés les uns aux autres pour rouler. Un seul wagon, puisse-t-il être le plus gros et le plus important, ne peut pas réussir sans entraîner les autres avec lui.” 

Il avait dit : ” lorsque l’on veut conduire une voiture en toute sécurité, il faut rester attentif à tout ce qui se passe en face de nous, mais le rétroviseur est aussi très important  car il nous avertit des dangers éventuels.”  Le rétroviseur, c’est son histoire dont il est très fier. Fils de Sidi Kacem, originaire de Salé, il a eu très jeune cette passion pour la terre rouge  des plaines du Saïs. Homme de son temps, homme d’action, il a compris que pour réussir, il faut  rouler avec prudence, tout en anticipant  l’évolution des réalisations futures. C’est sous son impulsion et par une stratégie de croissance ingénieuse et soutenue, que le Groupe Diana Holding a su diversifier ses activités et prospérer. Il a fondé un empire. Le réalisait-il?

En bon cultivateur, il a cultivé son humanisme par le biais de la Fondation Rita Zniber, qui accueille depuis plus de 34 ans, les enfants abandonnés ou orphelins et défend leur cause.

Sa joie de vivre  est légendaire. Bon vivant, agréable, courtois, il a toujours eu un mot gentil à dire à celui-ci ou à celle-là. Il s’est toujours adressé aux gens, personnel compris, par “lalla, sidi, moulay, benti, waldi…” Le respect de l’autre avant tout. S’il déteste bien une chose, c’est  “humilier autrui.”

Enfin, qui ne connaît pas Si Brahim champion infatigable de Rock’n roll ?  Qui ne connait pas Si Brahim le mélomane totalement épris de Jazz ? Le vieux jazz de Duke Ellington, John Coltrane, Nat King Cool ou Miles Davis. Le rythme jazzy coule dans son  sang. Aussitôt qu’il entend la trompette  du jazzman Dave Brubeck dans Take Five et voilà qu’il est emporté par un mélange de nostalgie et de bonheur ! Il claque des doigts, le regard alerte et pétillant, prêt à se lever, comme si ses batteries se chargeaient et se tonifiaient!

Qui n’a pas été séduit  par cet homme affable, jovial, élégant qui a la délicatesse de ne jamais dire son âge ? Et puis d’abord, est-ce si important quand il a  l’allure d’un jeune premier, avec en prime la jeunesse du cœur et celle de l’esprit ? Fin diplomate “never say no” pourrait être sa devise. Toujours partant pour monter une affaire ou… pour aller danser ! Yallah !

Al mawt alina haqq.”  La mort a raison de nous, m’avait-il dit un jour pour me consoler. À mon tour de le dire… Adieu  Si Brahim!  Hommage à toi, grand homme! Tu tires ta révérence de ce monde pour poursuivre ailleurs ton chemin de lumière.  Ton souvenir et ton sourire resteront à  jamais gravés dans nos cœurs.

Et souffle le vent! Vole dans les cieux  et conduis ce brave seigneur de la terre en sa demeure, dans la lumière et la foi. Si Brahim a bien mérité le repos éternel !

Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.

Condoléances attristées à son épouse Lalla Rita Maria Zniber, à ses enfants, à ses frères, Si Abderahim Zniber et Si Khalid Zniber, à la famille Zniber au complet, à son entourage, à ses amis et à son personnel.

 

 

 

 

Salwa Tazi About Salwa Tazi

Comments

  1. marc Simon says:

    Merci Salwa de nous faire faire connaissance avec Si Brahim un peu tard bien que son empreinte laisse une belle magnifique oeuvre au Maroc et dans notre famille par les souvenirs ! Mes soeurs et mon beau-frère Jean en parlaient avec beaucoup de respect et de tendresse dans ma jeunesse . Cela m’a marquée et c’est pour cela que je vous mets un mot à l’annonce de son départ pour d’autres Cieux avec l’Amour et le Respect de tous qui l’entourent ! Pouvez-vous Jawed et toi , chère Salwa présenter à son épouse Rita , ses enfants , Si Abderahim son frère et à toute la famille ZNIBER toutes nos très sincères condoléances de toute la Famille de France . Par sa Vie et son Exemplarité il a laissé l’exemple à tous les siens ! MARC et YVONNE et leurs familles !

  2. Habib El Amrani says:

    Magnifique hommage?

  3. BOUDERBA- Boulasri says:

    Merci très chère Salwa de m’avoir appris la mauvaise nouvelle, je garde un bon souvenir de Feu Si Brahim à l’occasion d’une d’une tournée musicale autrichiène que Feu mon mari, Mohamed Boulasri, ex directeur des Affaires Sociales avait organisé à Meknes au profit des enfants privés de famille de l’association Rita Zniber, il était acceuillant, joyeux de pouvoir offrir le meilleur de lui même à ces enfants; c’est d’ailleurs grace à cette soirée que j’ai eu le plaisir de connaitre son aimable épouse, Madame Ghita Zniber et que j’ai pu avoir pendant des années son aide en vin pour les diners de gala annuels que mon comité de la Ligue Marocaine pour la protection de l’Enfance de Rabat -Salé dont j’étais la trésorière et la psychologue organisait et qui nous servait de prendre en charge plus 250 enfants privés de famille du Centre Lalla Meriem de Rabat, ainsi que plus de 1000 enfants en situation de précarité qui fréquentaient 8 jardins d’enfants et crèche dans les quartiers populaires de Rabat et Salé appartenant à cette même ONG. Toutes mes condoléances à sa femme, ses enfants, ses amis et tous les proches.

  4. Tazi karim says:

    Toutes mes sincères condoléances. À toute la famille. A Rita

  5. Mr el yacoubi si vous voullez des écoles pour le Maroc, Allez y et soyez leader. Donnez nous des idées ou une idée qui puisse changer le systéme éducatif Marocain. Vous êtes encore á temps.
    Mr zniber a trouvé sa vocation dans les vignes. Trouvez la vôtre et apportez “le bien” au Maroc.

    • Meurtres, accidents, familles détruites, enfants violés…Tous ça a cause de lui…. ts ca.
      Alors mnt qu’il est mort ( que dieu ait son âme en paix), on va enfin vivre en parfaite harmonie….
      Ts les desequilibres sociaux vont se résoudre. Vous mêmes, vous savez que ce n’ai pas vrai. Alors allez y chercher la vrai cause.

      • Surtout , n’allez pas croire que j’ai une dent contre feu Zniber , pas du tout . Par contre , je n’apprécie pas la commercialisation de l’alcool et de tous les stupéfiants dans notre pays . Tous les viols , toutes les agressions , toutes les perversions , trouvent , plus au moins , leurs origines , dans ces fléaux qui ravagent notre jeunesse . Le pli est pris , il faut une décision et une volonté politiques très fermes , échelonnées dans le temps , pour éradiquer ces calamités qui détruisent notre futur et handicapent l’avenir des prochaines générations . Il faut admettre que Zniber a contribué , à sa façon , et dans son domaine , au malheur de beaucoup de familles marocaines . Il est difficile de nier cette évidence …

      • Azzam Bounjouâ says:

        Vrai vous qvez raison…..!

    • Meurtres, accidents, familles détruites, enfants violés…Tous ça a cause de lui…. ts ca.
      Alors mnt qu’il est mort ( que dieu ait son âme en paix), on va enfin vivre en parfaite harmonie….
      Ts les desequilibres sociaux vont se résoudre. Vous mêmes, vous savez que ce n’ai pas vrai.
      Alors allez y chercher la vrai cause.

  6. belaid.ghermani@orange.fr
    Hier, 19:51

    Je vous présente mes sincères condoléances à la suite du décès de monsieur Brahim Zniber. Un homme d’une rare intelligence qui a su mettre en valeur la richesse historique vinicole du pays, malgré les dénigrements des Tartuffe et des démagogues de tous bords…
    Il a aussi cultivé l’art d’entreprendre et d’assumer les risques de l’entreprise. Il a donné une bonne leçon aux jeunes marocains de compter sur eux-mêmes en prenant les risques d’entreprendre.
    Il a laissé une belle leçon managériale mieux que les leçons dispensées dans les institutions de gestion.
    Quelle belle icône à ne jamais oublier!
    Très cordialement
    Belaïd

  7. Dans ce beau pays qu’est le Maroc , il y a autant de babouches que de lécheurs de babouches , même à titre posthume . Terrible ! Souvent sans rien attendre en retour , certains sont tellement serviles et obséquieux qu’ils peuvent détruire , par pareille conduite , tout le charme , la beauté et la bonté de ce pays et de ce peuple . Un peu de dignité , un peu de fierté et de virilité ne peuvent faire que du bien . Trop de politesse , trop de compassion , trop d’attendrissement , trop de commisération ne peuvent que faire douter de la sincérité de l’émotion , du complément et du louange . L’équilibre , le juste milieu . THE HAPPY MIDDLE , Please !!

  8. Seneque says:

    Ancien du maroc, Si Brahim était un très cher ami avec qui j’ai partagé une partie de ma vie professionnelle et familiale à Meknes. J’ai passé de longues années au Maroc, particuliérement à Meknes. Que de souvenirs me reviennent à l’ésprit; Quand j’en parle à l’aube de mes 90 ans.Amitiés à tous.

Speak Your Mind

*