Tous sur le Net !

Autrefois, on retrouvait ses amis autour de la Sinia (un plateau) Sinia, ya sinia, dit la chanson… Avec un bon verre de thé ou de café et nous voilà assis fi Seddari, la banquette confortable de nos souvenirs pour de longues heures partage! Le contact des uns et des autres, les éclats de rire ou éclats de voix, l’ambiance chaude, chaleureuse ou électrique, enfin, tous les ingrédients y étaient pour débattre de mille sujets et sortir mille blagues.

On recevait nos amis et on avait une gentille pensée pour les absents. Le plus souvent, « on les oubliait » purement et simplement, selon le vieil adage, loin des yeux, loin du cœur. Parfois, on leur écrivait des lettres fastidieuses, puis on attendait de longs mois avant de recevoir une petite réponse. Le terme  « longue distance » avait alors une signification longue de sens. Les appels interurbains valant de leur pesant d’or, il nous suffisait de traverser l’océan pour nous retrouver loin, loin au fond de l’océan ! L’océan l’a avalé, dit le dicton. En fait, on fréquentait les amis d’ici, jamais les amis d’ailleurs. Impossible, d’ailleurs !

Aujourd’hui…Parlons-en d’aujourd’hui !

Avec Internet, changement de décor. On dévore les longues distances sans nous en rendre compte et ce sont justement ces amis-là, les missions impossibles d’autrefois, qui peuplent nos soirées ! Nous ne sommes plus assis sur des sofas, mais confortablement étalés sur les cinq continents, face à l’océan, notre écran complice.

Grâce à Internet, on sonde le monde et on forme notre toile d’araignée géante, géante ! On surfe, on navigue, on furète et le monde ne ressemble plus qu’à un gros village interplanétaire. On exprime nos émotions via les Smilies, ces petits visages, binettes et abréviations : a+, kd9, we, Alp (à la prochaine) Pkoi, Mdr, FYL (for your info),  :-O (pas croyable !) Une façon d’humaniser nos écrits. Etrange équation que celle du Net ! Plus notre champ d’action s’élargit, plus notre temps rétrécit et plus notre vocabulaire s’appauvrit ! Un avantage, cependant, plus besoin d’avoir un sourire séduisant  ou des dents éclatantes pour charmer notre auditoire et plus besoin d’être savant, les Smilies et les « Partager » s’en chargent !

Désormais, personne n’est loin. Si. Paradoxalement, notre entourage proche. Il n’arrive plus à nous joindre sauf si lui-même est branché sur la lucarne informatique ! On ne jure plus que via satellite ! Et face à l’écran magique, on tourne le dos à nos voisins. :’-) (Une larme)

Via le Net, on s’adresse à de parfaits inconnus vivants on ne sait où, sur la planète terre. Qui propose mieux ?  😉 (Sourire complice). Les nouvelles alternatives informatiques sont immenses. On reste assis, le derrière bien vissé sur le fauteuil et l’information déferle devant nous avec vue panoramique sur le grand monde. Et quel éventail ! Plus rien n’est inaccessible, aucun domaine n’est épargné : demande et tu recevras ! L’Internet devient un super marché interplanétaire et 24/24 ne suffisent plus !

En fait, ce qui nous branche de plus en plus, c’est de discourir sur Internet. On ne correspond plus comme nos grands-parents par courrier traditionnel. Trop vieux jeu pour nous ! Trop lent aussi ! A présent, c’est e-mail, courriel, ou Niet ! Avec la caméra ou le micro, c’est encore plus vrai que nature ! On peut même fabriquer notre langage graphique ! Et comme on devient loquace, sachant que le Net libère les caractères les plus renfermés, on devient loquace en ligne !  Il suffit d’utiliser un logiciel de conversation interactive, WhatsApp… sinon, pourquoi ne pas discuter dans les Newsgroup, les forums ou les Chats, Facebook ? Avec plus de millions de Forums de discussions, comment s’ennuyer  même à quatre heures du mat?  On y débat des sujets les plus hétéroclites en passant par les plus absurdes.

Ainsi, on envoie, on reçoit instantanément des messages du monde entier sans se soucier du décalage horaire et à peu de frais. Quel temps fait-il à Bangkok ? On Chat sur la pluie et le beau temps, on partage nos idées, nos hobbies, nos recettes et ce à l’échelle planétaire. Les couples séparés par la distance couchent leurs tendres messages sur le Web et les familles partagent leurs photos. On raconte, on se raconte, on développe, on s’instruit, on s’informe, on s’étale, on se fâche, on s’éclate… C’est qu’on on s’épanouit sur le Net ! Où s’arrête la vérité et où commence la fiction, no lo sé. Qu’importe ! On s’exprime ! Par lettres, signes ou abréviations, on sait tout de vous, on sait tout de nous !

A présent, on ne lance plus de bouteilles S.O.S. à la mer, on préfère jeter un mot sur le Net : Statut : Triste, puis, plus rapide que l’éclair, une réponse surgit dans la seconde qui suit ! « A l’instant. » C’est que nous ne sommes plus sur terre ! Nous naviguons dans les cieux à la vitesse du son. Après tout, les étoiles ne sont pas si éloignées les unes des autres ! Tout est relatif. On parle amour via le Net, et nos vœux de bonne année ou de bon anniversaire explosent sur l’écran avec musique d’ambiance et effets spécieux ! On peut même y trouver l’âme sœur de nos rêves. On peut faire l’amour sur notre lieu de travail en louant sur écran les services d’une travailleuse du sexe. Nous recevons sa photo, ses mensurations, ses goûts et un appel téléphonique sur répondeur au cas où on voudrait lui parler de vive voix. Sud-Américaine, Australienne ou Marocaine, c’est comme si… Les cyber-amourettes existent aussi sur le Net. On peut jouir de l’adultère virtuel. Un amant sur le Net, ce n’est pas trop net, mais l’honneur est sauf. Ah ! Il est beau Internet ! On devient volage, on devient voyeur, on peut voler d’un pays à l’autre et on peut même voler (escroquer). On peut aussi faire le tour du monde non plus en 80 jours mais en 80 secondes !

L’avenir, il faut le croire, est dans le petit pianotage continu de ces petites touches du clavier, et des allers retours de la souris sur le tapis. Rien de bien sorcier… Les lettres, les mots, les phrases, puis enfin les idées prennent forme. Elles se répercutent dans le monde et demeurent sous la coupole du site, disponibles à jamais. Innocentes ou assassines, à nous de choisir. Le poids des mots prend alors tout son sens, la magie du Net fait le reste. Parfois même, l’écran rougit de honte.

Si on détecte un harceleur, ou un emmerdeur en ligne, on le raye d’un clic. Bloqué. Plus de salamalecs, plus d’inhibitions, on peut parler en toute quiétude quitte à utiliser un surnom pour demeurer dans l’anonymat. Puis, quand l’écran s’éteint tout ce beau monde s’évanouit. On ne s’encombre plus d’amis qui ne veulent plus décoller ! Congédiés les indésirables d’un coup de baguette magique ! Même pas, d’un léger toucher de l’index sur le clavier. Tac. Ouste ! Quel plaisir d’avoir des amis aussi accommodants ! 😉 (Clin d’œil) C’est clair et Net. On veut on prend. On ne veut plus on jette. Delete.

La corbeille n’est jamais loin au cas où. Il pense a tout ce robot.

Unis sur terre nous le réussissions mal. Unis via satellite on y arrive. Grand bien nous fasse ! Le ciel nous lie et l’espace et si vaste que personne ne se sent pris au piège, c’est le fun et la liberté totale ou presque. Nous sommes juste les prisonniers de notre écran cannibale. C’est tout dire ! L (Déception.) On peut à force d’échanges faire attraper au système un virus informatique. Rassurez-vous, vous ne risquez pas la contagion, du moins pas encore, ce virus n’est pas transmissible à l’utilisateur. Nous sommes seulement contaminés par le virus informatique. Nous, les shootés du Net, mais chut ! On ne le réalise pas encore !  😀 (Rire)

Et voilà pour cette vitrine virtuelle où l’on passe le plus clair de notre temps. Aurions-nous atteint le sommet de l’amour virtuel des liaisons virtuelles et des vies virtuelles ? Notre index qui montrait du doigt le monde touche aujourd’hui le clavier et apporte le monde à nos pieds. Que dis-je à nos yeux ébahis ! Impossible de nous décramponner ! Peut-être que le Net est le début de la transportation ? Aujourd’hui nos écrits, nos idées, nos sentiments, notre image, nos photos, demain notre corps ? On glissera à travers les touches du clavier pour réapparaitre ailleurs. Chez l’autre, mais ce dernier nous recevra-t-il ? Voudra-t-il de nous ?

Nous avions tout fait pour échapper aux personnes en chair et en os pour ne pas avoir à les retrouver de l’autre côté de l’écran ! Non, ce que l’on cherche avant tout, ce sont des avantages sans leurs inconvénients. Grâce au Net, on reste net. Tout en communiquant allégrement avec le pire des pestiférés. :-> (Sourire sarcastique) On se montre sous notre meilleur jour dans de beaux draps. Bien astiqué, aseptisés. Personne ne remarque nos cernes, notre solitude, notre tenue. Personne ne réclame notre âge, sexe, couleur, maladie, poids, défaut, fric, luxe, médiocrité, secrets de famille.

Le détecteur de mensonge n’existe pas sur le Net. Dénués de nos différences nous devenons égaux devant l’écran. Limpides. C’est le marxisme à l’état pur. Si Karl avait su ! Nous voici humains, nettoyés de notre parfum (ou puanteur), que nous gardons soigneusement caché derrière l’ordinateur. :-X (Motus et bouche cousue. Boulimique de la navigation sur le Net, on décortique sur écran l’internaute qui nous convient pour combiner la carte de notre menu Perso. Souvent il suffit d’un seul point commun pour faire sa « demande d’amis ». On le sait il n’y a pas de correspondant parfait mais des combinaisons parfaites. A travers les échanges intercontinentaux, on recherche des traits de personnalité, tranches de vie ou caractéristiques qui regrouperaient les mêmes pôles d’intérêts que les nôtres. A little bit of Monica in my life a little bit of Erica in my side… Dit la chanson… J

Voilà ce que l’on cherche. Non plus la vie en rose mais la vie en écran. A l’ère de l’internet on se construit notre cinéma. A nous de nous bâtir une belle identité revue et corrigée ! Sur le net, personne ne sais que vous êtes un chien.

Nous sommes les metteurs en scène de la vie que nous pianotons et qui défile sur notre yeux pour d’autre yeux sous d’autre cieux. Le Net devient le coin de ciel bleu par où nous échappons au quotidien. A défaut de combler notre vie, nous comblons l’espace virtuel qui clique sur notre fenêtre informatique. :-/ (Ce n’est pas de ma faute). Le Net est notre bouclier et notre soupape de sécurité. On aime les gens de loin, tandis que nous sommes dissimulés derrière l’écran protecteur, souvent indifférent à nos proches, ceux qui sont physiquement à nos côtés.  :-e (Déception).

On perd le Nord, on prend le Net. :’-( (Larme). Robotisés ou lobotomisés, on risque fort de nous noyer dans le Web ! Le virage cybernétique donne le vertige ! Lao Tseu  a dit : « Sans franchir le pas de ta porte, connais les voies du ciel. Sans sortir, visite le monde. » C’est chose faite, mais ce grand sage ne pouvait pas prévoir que 2500 ans plus tard et quoique largement envahies par les satellites, les voies du ciel sont toujours impénétrables.  :-/ (Vous êtes surpris ?)

A quand le Net qui nous ramène à nous-mêmes ?

 

 

Salwa Tazi About Salwa Tazi

Speak Your Mind

*